Skip to content

QUELLES ASSISTANCES LES ONG HUMANITAIRES ET LES PARTENAIRES AU DEVELOPPEMENT APPORTENT-ILS CONCRETEMENT A LA POPULATION CENTRAFRICAINE EN DETRESSE ?

août 11, 2016

De façon générale, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) œuvrent en plein temps durant les conflits militaro-politiques entretenus par des bandits de grand chemin en Centrafrique. Parmi ces ONG, nous avons les humanitaires, et les partenaires au développement. A ce titre, la question qui reste à poser est celle-ci : quelle différence existe-t-elle entre les ONG d’urgence et les partenaires au développement ? Est-ce que leur objectif répond aux attentes des Centrafricains ?

En effet, les ONG humanitaires jouent énormément un rôle important dans la crise centrafricaine. Car sous une pluie battante, sous la chaleur accablante du soleil et sous la pluie de balles, les humanitaires sont constamment à l’œuvre pour assister les personnes cibles en situation désastreuse. C’est l’exemple de quelques déplacés qui souffrent et que les humanitaires les transportent par avion pour les emmener aux centres de santé des Médecins Sans Frontière (MSF) pour des soins gratuits. En plus, les humanitaires sont victimes des agressions dans l’exercice de leur fonction. Parfois, ils reçoivent des balles et meurent sur le champ. Malgré tout ce qui leur arrive, ils sont toujours au chevet de la population et connaissent davantage leurs souffrances quotidiennes. En outre, ils recommandent aux Nations Unies la protection des personnes vulnérables pour la simple raison qu’ils supportent mal la volte-face de la MINUSCA.

En revanche, il y a lieu de faire une nette différence entre déplacé et refugiés. Au sens courant du terme, un déplacé interne est contraint de fuir son foyer en raison d’un conflit armé, d’une situation de violence généralisée ou d’une catastrophe naturelle. Par contre, un refugié désigne une personne qui se trouve hors de son pays ou de sa résidence habituelle pour des raisons de conflits armés, des situations de violence ou de persécution raciale, ethnique, religieuse, politique et bien d’autres, pour sa protection dans ce pays d’accueil sous le mandat du UNHCR ; selon la convention de 1951 relative au statut des refugiés. En outre, la protection désigne toutes activités visant à garantir des droits humains. Certes les partenaires au développement interviennent dans plusieurs domaines à savoir : les moyens d’existence, la protection et nous en passons. On peut citer entre autres ACTED, COOPI et OXFAM qui viennent récemment d’octroyer des subventions à la population du 3ème arrondissement de  Bangui, le 28 juillet dernier. D’ailleurs, OXFAM investit dans de nombreuses villes de province notamment à Bria, Paoua, Batangafo, et même dans la capitale, plus spécifiquement les troisième, cinquième, huitième arrondissements de Bangui, voire la commune de Bimbo. Les différentes interventions d’OXFAM consistent à soulager les souffrances et la relance économique des personnes les plus affectées par le conflit. Néanmoins, les partenaires au développement apportent concrètement des aides en investissant dans des projets réalisables. Pour cela, la nécessité de les voir sur la terre centrafricaine est à sa juste valeur. Vive les ONG d’urgence et les partenaires au développement de la Centrafrique !

Urbain Simplice BAÏTI

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :