Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

août 16, 2016

LES VOYAGES FLUVIAUX BANGUI-KOUANGO SUSPENDUS POUR UNE SEMAINE

Les navettes sur le fleuve Oubangui entre Bangui et Kouango sont suspendues pour une semaine. La décision a été prise hier mercredi par le personnel navigant des baleinières et pirogues au port Sao.

Le personnel naviguant dit avoir pris cette décision par crainte des représailles des Anti-Balaka dont l’un a été appréhendé et conduit à Bangui par l’équipage d’une baleinière. Le président du personnel naviguant, Crispin Prince Anatole Ngbokoto  dit avoir eu des informations relatives à la  volonté des Anti-Balaka d’en découdre avec les responsables des baleinières. « Nous avons appris que les Anti-Balaka  qui sont sur les postes, auraient promis de faire des carnages dans les baleinières. C’est par rapport  à cette information que les gens ont eu peur et ont décidé d’arrêter les voyages pendant une semaine », a-t-il confié.

Des démarches, selon nos informations sont en cours au niveau du ministère de la Sécurité Publique pour la sécurisation des baleinières avant leur reprise, « pour le moment, le président du patronat mène des démarches auprès du ministère de la Sécurité Publique », a fait savoir le président du personnel navigant. Un cadre du ministère de la sécurité publique a confirmé la saisine du département par le patronat des baleinières. Ce dernier a indiqué que le dossier est en étude.

La suspension des voyages fluviaux intervient trois jours après l’arrestation d’un gendarme, membre d’un groupe Anti-Balaka, par l’équipe d’une baleinière. Le gendarme accusé de tentative de braquage sur la baleinière en provenance de Padou, a été remis à la direction générale de la gendarmerie. Il est en ce moment, aux arrêts à la Section de Recherches et d’Investigation à Bangui.

« Le directeur général de la gendarmerie n’a pas encore mis des éléments à notre disposition concernant cette affaire », a-t-il signifié.

*********

LA VILLE DE MBAÏKI RETROUVE     L’ELECTRICITE APRES PLUSIEURS ANNEES DE RUPTURE

La ville de Mbaïki a renoué avec l’électricité grâce à la fondation ISONGO créée par le député de Mbaïki 1, Stève Koba. Ce projet va s’étendre à d’autres communes de la Lobaye, selon son initiateur.

L’ONG a installé des lampadaires solaires et a réhabilité les poteaux électriques de l’Energie Centrafricaine (ENERCA). Le député Stève Koba a indiqué que deux générateurs sont disponibles pour accompagner l’électrification de la ville, «  à Mbaïki, nous avions installé des lampadaires solaires en 2012 et peu de temps après, nous avons installé des éclairages urbains de l’ENERCA sur lesquels nous nous appuyons mais, l’électricité est produite par deux générateurs que nous avons achetés », a-t-il précisé.

La fondation compte étendre ce projet à d’autres communes de la Lobaye. « Ce projet est étendu à la commune de Pissa et sur le mausolée du président Barthelemy Bogandala. Notre objectif, c’est que toute la préfecture de la Lobaye soit électrifiée, voire l’ensemble du territoire », projette le député de Mbaiki 1.

L’électrification de la ville de Mbaiki est la 3ème action menée par la fondation ISONGO dans ce domaine. Elle a installé des lampadaires solaires à la grotte de la Cathédrale de Bangui et au site du pèlerinage de Ngu-Komba.

*****

LA MINUSCA SOUMET LES MANDATS D’ARRETS REÇUS DE LA JUSTICE A L’ANALYSE DE SES EXPERTS

Les mandats d’arrêt, remis par la justice centrafricaine à la Minusca pour exécution, sont actuellement analysés par les experts de la mission onusienne. L’information a été rendue publique par le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro lors de la conférence de presse hebdomadaire de mercredi 10 août dernier.

Selon le porte-parole de la Minusca, les mandats d’arrêt sont soumis à l’analyse des experts de la mission. Lors de la conférence de presse, Vladimir Monteiro n’a pas explicitement dit pourquoi ces mandats sont analysés par les experts de la Minusca.

Joint ce matin au téléphone par le RJDH, le porte-parole de la Minusca a indiqué que ces documents sont analysés pour permettre à la mission d’avoir une idée précise sur leur contenu. Vladimir Monteiro n’a pas souhaité communiqué sur les raisons de cette analyse, ni les conclusions qui en découleront. Pour lui, les conclusions de ces analyses relèvent du travail interne de la Minusca, un travail qui, selon le porte-parole de la mission ne saurait être publié.

Les mandats d’arrêt, selon un cadre du ministère de la Justice, sont remis à la Minusca pour être exécutés et non pour des analyses, « ce sont des mandats d’arrêts qui sont remis pour exécution et rien d’autre », confie cette source qui dit ne pas comprendre l’option de la Minusca. « Je ne comprends pas pourquoi, des mandats d’arrêts doivent être examinés. Il nous faut des explications dessus », souhaite t-il.

La question des mandats d’arrêt émis par la justice et remis à la  Minusca pour exécution, a refait surface depuis l’arrestation le 05 aout dernier de Francis Bozizé par la mission onusienne.

*****

DES IRREGULARITES CONSTATEES LORS DU SECOND TOUR DU BAC A BANGUI

Plusieurs cas d’irrégularités ont été enregistrés à Bangui dans l’organisation du deuxième tour des épreuves écrites du Baccalauréat session d’Aout 2016. C’est un constat fait ce matin par le RJDH dans plusieurs centres d’examens.

Parmi ces cas enregistrés, on peut noter un nombre important de candidats déjà déclarés admis dès le premier tour qui se retrouvent sur la liste des admissibles appelés à composer le second tour.

Cette situation est confirmée par des sources proches de la Direction des Examens et Concours. « Nous continuons de recevoir des plaintes même au moment où les épreuves sont lancées ce vendredi 12 aout », a indiqué une de ces sources.

Interrogé, le Directeur des Examens et Concours, Didier Bertrand Mette confirme ces cas et rassure les candidats en ces termes, « nous avons constaté ces erreurs ce matin dans le déroulement des épreuves du  second tour. Les candidats déclarés admis au premier tour et qui se trouvent encore sur la liste des autres candidats du 2ème tour, nous avons remédié à cela pour éviter des dysfonctionnements ».

Difficile de savoir avec précisions l’effectif des candidats appelés à subir les épreuves du second groupe de cette année 2016.

Selon des sources proches du Ministère, des enquêtes sont ouvertes sur les irrégularités constatées lors du premier tour.

Les résultats du baccalauréat session juillet 2016 ont été proclamés le 02 aout dernier.

 

*****  RJDH******

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :