Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

août 19, 2016

TOUADERA PROMET LA VALIDATION PROCHAINE DE SA PROPOSITION DU PROCESSUS DDRR/RSS PAR LES          ACTEURS IMPLIQUES

La proposition du président de la République relative au Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) et la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) sera soumise à la validation des acteurs impliqués dans les prochains jours. L’annonce a été faite ce matin par Faustin Archange Touadera lors de l’ouverture de l’atelier sur le principe et l’approche technique du DDR et RSS organisé par l’Union Africaine à Bangui.

« C’est donc dans la recherche effrénée de la paix que j’ai reçu les responsables des groupes armés et des groupes politico-militaires afin de les exhorter à adhérer volontairement au programme DDRR que je propose et qui sera validé par tous les acteurs concernés », c’est en ces termes que le chef de l’Etat a fait cette annonce.

Le programme et la vision du DDRR que le chef de l’Etat entend proposer, sont selon une réponse à l’échec du passé. « J’ai donc décidé d’engager la nouvelle stratégie nationale de la réforme du secteur de sécurité qui tiendra compte de l’analyse des évolutions des récentes crises. Cette réforme doit être la matrice de véritable politique du développement », a-t-il précisé.

Le DDRR est le programme sur lequel le nouveau président centrafricain compte pour ramener la paix dans son pays. Juste après son investiture, il a amorcé les échanges avec les leaders des groupes armés pour poser les bases de ce programme.

***********

 L’AUDIENCE DE LA COUR CRIMINELLE BOYCOTTEE PAR LES AVOCATS

Les avocats ont boycotté mardi dernier l’audience du tirage au sort de la Cour Criminelle. La séance a été renvoyée au 18 août prochain suite à ce boycott.

Les avocats ont exigé le versement de leurs honoraires de 2015 avant l’ouverture de la session de cette année. Selon les informations du RJDH, le collectif des avocats commis d’office a saisi à cet effet, le président de la Cour d’Appel de Bangui qui n’a pas réagi à leur demande.

Le renvoi de l’audience se justifie selon le procureur général prêt la Cour d’Appel de Bangui, Rufin Emmanuel Ndakala, par le fait que conformément à la loi, l’audience ne peut pas se tenir sans les avocats.

De sources autorisées, le dossier relatif au versement des honoraires de ces avocats, a été validé par le Conseil des ministres qui a instruit le ministre des Finances de les payer.

La session criminelle de 2016 devait se prononcer sur plusieurs cas de crime. Cette session se tient une fois par année./

*****************

500 VOLONTAIRES DE LA CROIX ROUGE DEPLOYES A BANGUI ET SES ENVIRONS POUR LA SENSIBILISATION SUR LE CHOLERA

La Croix Rouge Centrafricaine en partenariat avec le ministère de la santé a déployé depuis le 13 août dernier, 500 volontaires pour sensibiliser la population de Bangui et ses environs sur l’épidémie de choléra. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de choléra déclarée en Centrafrique.

Ces volontaires sillonnent les huit arrondissements de Bangui, les villes de Bimbo et Begoua pour sensibiliser la population sur l’épidémie. Le constat du RJDH indique que ces derniers ont fait du porte à porte. Des prospectus, des dépliants écrits en français et en langue Sango, ont été distribués dans chaque ménage.

Cette campagne, selon Marie Line Songuet, assistante au département de la santé communautaire à la Croix Rouge Centrafricaine, vise à attirer l’attention de la population sur les risques de choléra. « Ces volontaires ont été déployés sur le terrain pour informer la population sur les risques de contamination. Nous avons souhaité informer la population sur la gestion des corps surtout des gens atteints par cette épidémie », précise-t-elle.

Marie Line Songuet a indiqué qu’un numéro vert « 4040 » est disponible pour permettre à la population de signaler les cas suspects afin de leur prise en charge rapide. « Quand un cas suspect est identifié au sein d’une famille, celle-ci est suivie pendant dix jours. Si ce délai est épuisé, les volontaires se retirent et présentent le rapport au ministère de la Santé publique », a indiqué l’assistante au département communautaire de la Croix Rouge Centrafricaine qui a précisé que cette sensibilisation va continuer jusqu’à la fin de l’épidémie.

Le bilan provisoire de l’épidémie publié par le ministère de la Santé fait état de 89 cas suspects dont 15 décès. C’est dans la sous-préfecture de Ndjoukou que les soupçons ont commencé.

**********

 JOSEPH BENDOUNGA DU MDREC  DEPLORE LA GESTION DE LA SECURITE PAR LE GOUVERNEMENT

Les ministres de la Sécurité et de la Défense, selon Joseph Bendouga, président du Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (MDREC), ne font pas ce qu’il faut pour garantir la sécurité des Centrafricains. Il l’a dit dans une interview accordée au  RJDH, le mardi 16 août dernier.

La fuite des leaders de l’ex-Séléka était, selon le président du MDREC, prévisible. Joseph Bendouga a confié au RJDH que les informations relatives à la sortie de ces chefs rebelles circulaient à Bangui depuis quelques jours. Pour lui, les ministres de la Sécurité Publique et de la Défense se sont montrés incompétents dans la gestion du dossier. « Il y a deux semaines Abdoulaye Hissene a fait le plein de ses véhicules et rempli de gros bidons dans une station de la place. Que font les ministres de la Sécurité Publique et de la Défense qui sont censés protéger la population centrafricaine ? Je pense que ces deux membres du gouvernement ont failli, ils n’ont pas fait ce qu’il faut », affirme Joseph Bendouga.

Le président du MDREC dit ne pas comprendre qu’une colonne armée puisse traverser toute la ville de Bangui sans aucune inquiétude. « Où étaient les forces de la gendarmerie et de la police ? », s’est-il interrogé.

Sur l’enquête souhaitée par le ministre de la Sécurité, Joseph Bendouga pense que, si l’enquête doit y avoir, elle doit commencer sur le ministre demandeur. « S’il faut ouvrir une enquête afin de situer la responsabilité de chacun, comme le souhaite Jean-Serge Bokassa, l’enquête doit commencer par lui-même et ainsi que Joseph Yaketé de la Défense qui, à vue d’œil, ont failli dans leur mission », précise Joseph Bendounga.

Pour le président du MDREC, le dialogue avec les groupes armés est dépassé, «nous avons pensé que Faustin-Archange Touadera allait tout faire pour remettre en place notre armée. Malheureusement ce dernier se base seulement sur la Minusca qui privilégie le dialogue avec les rebelles, ce dialogue, je pense, est dépassé parce que de l’autre coté, les gens sont dans une autre logique qui n’est pas celle du dialogue », déplore-t-il.

La réaction du président du MDREC fait suite à l’arrestation d’une dizaine de leaders de l’ex-Séléka qui, en tête d’une colonne armée, voulaient rejoindre la ville de Kaga-Bandoro considérée comme fief du FPRC, branche de l’ex-Séléka à laquelle appartiennent les membres de cette colonne.

******  RJDH *****

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :