Skip to content

CONFERENCE DEBAT A L’UNIVERSITE DE BANGUI SUR LA « JOURNEE MONDIALE DE L’AIDE HUMANITAIRE »  

août 22, 2016

 

L’amphithéâtre Alphonse Blagué de l’Université de Bangui a servi de cadre pour la conférence débat en prélude de la « Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire », animée par le Président du Comité de Coordination des ONG internationales en Centrafrique, le jeudi 18 août dernier de 15 heures à 17 heures sur le thème intitulé : « Comment faire face aux enjeux sécuritaires et humanitaires en Centrafrique ? »

Pour ce, deux (2) panels ont ponctué cette conférence débat. Le premier panel porte sur le cadre international et national ; secondé des acteurs non gouvernementaux. En effet, dans le premier panel, Jérôme Grinaud de OCHA a exposé sur la coordination à l’épreuve de la complexité de l’espace humanitaire en RCA et l’accès  humanitaire et multiplicité des acteurs. Il a surtout mis un accent sur la devise des humanitaires dans leurs accès à savoir : humanité, impartialité, neutralité et indépendance. Il a présenté également les enjeux sécuritaires et humanitaires qui sont entre autres : la sécurité, la dégradation avancée de l’état des routes et bien d’autres. « Les humanitaires ne vont jamais sur le terrain avec des groupes armés », a-t-il ajouté.

Ensuite vient Madame le professeur Danielle Darlan qui a fait une analyse du contexte centrafricain en ce qui concerne le cadre juridique de l’accès humanitaire dans les conflits armés. Elle a indiqué que la RCA avait un sobriquet dénommé la Suisse africaine et les textes nationaux se retrouvent dans la Constitution de 1962. Pour cela, le cadre de l’accès humanitaire débute à partir de 1996 jusqu’à nos jours.

Quant à Eloi Bétindji du ministère des Affaires Sjociales, il a présenté l’apport de l’Etat dans la facilitation de l’accès humanitaire. Il a précisé que sous d’autres cieux, on assiste souvent à des crises naturelles telles que les inondations, les tremblements de terre … Mais en Centrafrique, nous sommes en face d’une crise de mésentente.

Dans le second panel, Isidore Ngueuleu d’OXFAM est intervenu sur les défis de la négociation humanitaire et les enjeux de l’accès humanitaire, voire l’émiettement des groupes armés. Il a déclaré que leur objectif principal est de négocier avec les acteurs de la violence afin de s’adapter, à être en contacte avec tout le monde.

Le dernier intervenant Alexis Mbo de JUPEDEC a exposé sur les réalités inconnues ou ignorées des ONG nationales et accès humanitaire. Il a annoncé que les acteurs des ONG nationales œuvrent sans règle par rapport à ceux de l’international. En 2008, les acteurs de JUPEDEC s’étaient rencontrés avec la LRA (Armée de Résistance du Seigneur) de Joseph Kony et ils ont mis en place des stratégies pour la convaincre. Ces propos se sont accompagnés simultanément avec une projection à l’écran géant.

Ainsi, fort de tout ce qui précède, l’action humanitaire a pour but de soulager les souffrances de la population civile centrafricaine.

 

Urbain Simplice BAÏTI

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :