Skip to content

L’Editorial de Julien BELA : LA LOGIQUE DE L’ABSURDE  

août 22, 2016

 

Les Centrafricains, suite aux élections de décembre 2015, se sont donnés des dirigeants légitimes sortis des urnes. Ces élections ont été incontestables et incontestées. La Communauté internationale a perçu la maturité de ce peuple tant meurtri par plusieurs années de crises militaro-politiques, depuis 1996 à ce jour. Les institutions de la République sont en place et opérationnelles. Les Centrafricains attendent des jours meilleurs, fondés sur la paix, la réconciliation nationale et la cohésion sociale. La mobilisation de la Communauté internationale autour du processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), et de la Réconciliation Nationale (RN), a réveillé les démons du mal. La tribu de Bozizé ne jure que par lui et opte pour un sabotage de toutes les actions du gouvernement tendant au rassemblement, à la paix et à la stabilité. Les Anti-Balaka sont de ce fait, subdivisés en plusieurs courants : un courant Nairobi qui s’est déjà manifesté le 26 septembre 2015, par un coup d’Etat manqué contre Catherine Samba-Panza. Un autre courant celui de Ngaïssona qui fait un pas en avant et dix pas en arrière ; enfin un troisième courant déterminé à aller au DDRR, afin de donner au peuple une opportunité de souffler.

Dans l’autre camp, nous avons le FPRC, le RPRC et la CPJP qui ne jurent que par Nairobi, arguant des revendications incompatibles avec  la Constitution de la République. Tous les artifices sont bons pour empêcher le pays de fonctionner. Que ce soit les Anti-Balaka de Naïrobi, de Ngaïssona, que ce soit le FPRC, le RPRC, la CPJP, à qui font-ils mal, à Touadéra ou au peuple centrafricain ? Qui souffre atrocement ? Touadéra n’est pas sur un site des déplacés. Il n’est pas non plus en exil. Tous ceux qui se sont présentés aux élections, avaient-ils la ferveur de venir massacrer le peuple centrafricain ? Tous sont animés de la ferme volonté de venir soulager ce peuple de sa souffrance. Sur les trente (30), il fallait choisir un seul. Le peuple centrafricain a fait son choix en toute transparence, en toute liberté, en toute conscience. Les blocages ne profitent qu’aux candidats aigris qui attisent le feu dans l’ombre. Le peule centrafricain n’est pas aussi dupe qu’on le pense. Il est au courant de tout. Les partis politiques en RCA ont été sévèrement sanctionnés par ce peuple à cause de cette politique de l’autruche. Tous les partis politiques sont tapis dans l’ombre comme les démons des ténèbres.

Tous les candidats sont bien connus des Centrafricains. Aucun n’a une baguette magique pour retourner la situation en un clin d’œil. Touadéra n’est pas éternel. Dacko 1, Bokassa, Dacko 2, Kolingba, Patassé, Bozizé, Djotodia, Samba-Panza, Touadéra et tant d’autres suivront. A quoi sert-il de martyriser continuellement un peuple, lequel a souffert comme un animal sous votre régime ? On ne manipule pas des ordures, mais  il faut poser des actes positifs qui donnent de la visibilité au pays. Des individus peu recommandables qui ont détruit l’économie, l’armée, la nation centrafricaine, méprisent la personne humaine, braquent les collecteurs de diamants, veulent manigancer encore. Heureusement que les Centrafricains ne sont pas révolutionnaires mais observateurs.

 

Julien BELA

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :