Skip to content

E.N.T.C – SERVICES DE MADAME NGUENDET DANS LA TOURMENTE DES ARRIERES DE SALAIRES DES EMPLOYES FICTIFS A L’ASSEMBLEE NATIONALE

août 23, 2016

 

Ferdinand-Alexandre Nguendet, ancien président du Conseil National de Transition, au terme de sa mission, a balayé les « 70 % du budget de l’Assemblée Nationale, avant de déguerpir ». Ces propos nous sont rapportés par des pères et des mères d’enfants, embauchés dans une entreprise fictive, dénommée « E.N.T.C », non reconnue par l’Assemblée Nationale. Aucun contrat ne lie cette entreprise à l’Assemblée Nationale. Seule l’Autorité personnelle de Nguendet suffit à faire greffer une entreprise pirate, une entreprise sangsue, vivant du sang financier de cette grande institution. Les employés sont payés au domicile familial et conjugal des Nguendet. Chaque employé a un salaire mensuel de trente mille (30 000) francs CFA. L’ensemble des travailleurs donne un effectif de trente (36) employés, avec quatre (4) mois d’arriérés de salaires.

Depuis le 17 juillet 2016 et dans la perspective de la rentrée scolaire, ils ont commencé à manifester pour réclamer le payement de leurs arriérés de salaires. L’épouse les roule dans la farine. Qu’a fait Nguendet des 70% du budget de l’Assemblée Nationale emportés ? Tantôt, il promet à ces employés d’attendre, il ira voir Touadéra et la question sera réglée. « Pour nous, travailleurs, nous voulons notre argent. Cela n’a rien à voir avec Touadéra. Notre problème est purement social, nous ne voulons pas de l’amalgame avec la politique. L’Assemblée Nationale ne nous reconnaît pas. C’est ce que le 1er Vice-président nous a dit. Et c’est bien vrai, car nous n’avons jamais été payés à l’Assemblée Nationale. Or, l’Assemblée Nationale paie trois (3) millions à cette entreprise par mois, sur quelle base, on ne sait pas. Nous avons comme tâche de nettoyer les locaux et les espaces verts à l’extérieur. Les herbes sont hautes, touffues, avec les risques de se faire mordre par un serpent. Une absence d’une journée équivaut à mille (1000) francs de moins sur ton salaire, sans débat. L’entreprise n’étant pas connue par l’Assemblée Nationale, cette institution n’a pas un seul franc à nous verser. Le 1er Vice-président a été clair et net.

C’est pourquoi nous avons décidé de prendre d’assaut, les radios et les journaux, pour plaider notre sort. C’est une entreprise de circonstance, créée de toutes pièces pour les besoins de la cause et n’est reconnue nulle part … ».

L’Assemblée Nationale est l’une des plus grandes institutions de notre pays. Elle vient après le Palais de la Renaissance. Pour le nettoyage des locaux, leur entretien ainsi que les espaces verts, il faut un personnel permanent, car les locaux sont nombreux et vastes, la cour de l’Hémicycle est aussi très vaste. Pour une institution de transition, il faut prendre des travailleurs temporaires. Il revient à l’Assemblée Nationale seule, de recruter dans ce corps de métiers qui doit être connu par la CNSS et l’Inspection de travail. L’Assemblée Nationale doit être propre, 12 mois sur 12. Admettons à titre d’exemple que le budget de l’Assemblée Nationale fait cent (100) millions et que les 70 % sont emportés, soit 70 millions de francs, comment comprendre que ces maigres arriérés de ces petits employés puissent traîner en longueur ? Grands et petits ont besoin d’argent, c’est le fruit du travail accompli. Entre temps, monsieur et madame Nguendet paient leurs billets d’avion, vont et reviennent. Ce qui choque les misérables travailleurs, c’est qu’ils sont roulés dans la farine.

Selon les employés, « l’Assemblée Nationale doit des arriérés de facture à Ferdinand-Alexandre Nguendet ». Mythe ou réalité, nous suivons désormais le dénouement de cette affaire. Nguendet ne peut se permettre de tomber aussi bas que terre. C’est la rentrée des classes et ces pères et mères de familles espèrent fortement sur cet argent pour joindre les deux bouts.

Julien BELA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :