Skip to content

JMAH 2016, CELEBREE EN GRANDE POMPE AU STADE OMNISPORT, A BANGUI

août 23, 2016

 

Les humanitaires en République Centrafricaine, à l’instar des autres dans le monde entier, ont célébré la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire (JMAH), ce vendredi 19 août 2016 à l’espace vert du stade Omnisport à Bangui, situé à côté du stade 20.000 places, de 09 heures à 16 heures. A cet effet, plus d’une quarantaine des ONG humanitaires, tant nationaux qu’internationaux, ont installé des stands pour faire connaître les activités qu’ils mènent en Centrafrique, au grand public.

Lors de cette célébration officielle de la JMAH, trois (3) discours ont été prononcés. D’abord, celui du représentant des déplacés qui a déploré les conditions dans lesquelles les déplacés vivent sur les sites et a lancé un cri d’alarme pour les déplacés et les personnes vulnérables. « Nous courons des risques dans le domaine sanitaire, environnemental. Nous lançons un cri d’alarme pour les déplacés et les personnes les plus vulnérables. Nous voulons bénéficier des gratuités de soins, de la reconstruction de nos maisons détruites, de notre insertion économique, des Activités Génératrices de Revenus (AGR) de l’Education Pour Tous (EPT) … », a-t-il lancé.

Intervenant à son tour, le coordonnateur des Affaires Humanitaires, Fabrizio Hochschild a signifié ceci : «  En apportant notre soutien à ces populations vulnérables, exclues, discriminées, nous prenons conscience que nous sommes tous ensemble « Une Humanité », cette humanité qui s’engage pour plus de compassion, de solidarité et de justice, et qui est célébrée aujourd’hui.

Il faut rester conscient que beaucoup reste à faire, et qu’une mobilisation générale, à un niveau local et global est nécessaire. Il y a quelques mois, des dirigeants du monde entier ont adopté à Istanbul le programme d’action pour l’humanité. La conclusion fondamentale qui en est issue, est que la responsabilité d’aider les populations n’incombe pas seulement aux organisations humanitaires mais également aux dirigeants politiques. Il en est également ressorti que l’assistance humanitaire serait beaucoup plus efficace, si on prenait en compte les causes profondes de la pauvreté et des conflits.

J’appelle tous les partenaires à mettre en pratique ce programme en continuant à se mobiliser pour les populations affectées par la crise et en recherchant des solutions durables. En engageant avec la population locale, en mettant le renforcement des capacités locales au centre de nos activités et en favorisant l’appropriation nationale des projets, nous multiplions les chances de réussite ».

Il a aussi loué les efforts des partenaires nationaux et a demandé aux humanitaires de dépasser le cloisonnement humanitaire/développement et adapter leurs interventions afin de soutenir de manière appropriée le gouvernement sur la voie de la reconstruction et la croissance économique. Il a aussi signifié que, « le développement ne sera possible qu’avec la fin des conflits et l’établissement d’un Etat de droit. Pour cela, les violences, les atteintes aux Droits de l’Homme, l’exclusion, la discrimination et l’injustice qui sont les causes et conséquences du conflit doivent cesser. Le premier pas vers la tolérance et la réconciliation, c’est de se souvenir du message global de ce jour, celui que nous formons tous, peu importe la religion que l’on pratique ou le lieu d’où l’on vient, une grande famille, « une humanité ».  Selon les mots du Secrétaire général des Nations-Unies, en cette Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire, unissons-nous au nom de l’humanité et montrons que nous ne pouvons laisser et ne laisserons personne de côté ».

Quant à la ministre des Affaires Sociales, Virginie Mbaïkoua, elle a précisé pour sa part que, « l’aide humanitaire est un devoir d’humanité, une obligation du survivant vis-à-vis de la victime. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant devrait bénéficier de l’assistance dont il a besoin ». Elle a présenté le tableau sombre de la situation humanitaire avant de rendre hommage au nom du gouvernement centrafricain à tous les humanitaires œuvrant en RCA. Elle n’a pas manqué d’évoquer les défis monumentaux et immenses. « Plusieurs défis restent à relever pour assurer un retour organisé et digne à de nombreux déplacés et exilés : la réhabilitation et reconstruction des services sociaux de base, la construction de nouveaux quartiers, la restauration de la cohésion sociale … ».

Après la partie officielle de cette célébration de la JMAH, ce fut la visite des stands installés par les ONG humanitaires œuvrant en RCA, par le coordonnateur des Affaires Humanitaires. C’était une interview accordée aux journalistes par Fabrizio Hochschild qui a mis fin à la cérémonie officielle. Des jeux-concours, des sketchs, des danses traditionnelles, organisés par les humanitaires, se sont poursuivis jusqu’à 16 heures.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :