Skip to content

« M’BELA » A L’ENDROIT DE ONANGA & CO : RESPECTEZ NOUS !

août 24, 2016

Une verticalité coutumière de notre chère mère Afrique tient à ce que, dès son arrivée dans un village, l’étranger se présente immédiatement chez le chef pour quémander l’hospitalité et s’éduquer des us et coutumes des lieux. Ce principe de base est lié à notre fière et profonde éducation.

Au delà des titres, fonctions et autres prérogatives administratives, le respect, l’égard et le dévouement tant envers les humains, les animaux, les lieux et les symboles sont des éléments indispensables pour notre vivre ensemble. Mieux, cette attitude peut, à elle seule, établir les racines éducatives et sociétales d’un groupe d’individus. Hélas, le sieur ONIANGA et sa clique ont choisit de déshonorer leurs ancêtres en marchant sur leurs cendres : honte et malédiction sur eux.

Souvenez vous, dames et sieurs de la MINUSCA, ce pays si hospitalier dont les fleurs subissent avec rage et patience les jaillissements nauséabonds de vos baves et pisses puantes et humiliantes s’appelle Bê-Africa (le cœur de l’Afrique). Notre peuple à une histoire, un patrimoine, une éducation. Mais surtout, nous tenons de nos aïeux des usages et coutumes faisant notre fierté et notre force. En continuant de cracher dans les creux des cranes blanchis de nos ancêtres pendant que vous vous gavez jusqu’à l’indigestion sur nos terres, faites attention : vous risquez un mortel étouffement.

Les résolutions consécutives du conseil de sécurité des nations unies conditionnant votre mission sont simples de compréhension. Surtout la dernière résolution 2301 prolongeant votre présence chez nous. Sa stricte application ne vous mande guère de bafouer notre indépendance ainsi que notre auto-détermination sous le fallacieux prétexte d’obéissance à la moribonde communauté internationale.

La protection des civils ne saurait devenir un prétexte d’aliénation, de spoliation, ou simplement de satisfactions de vos pervers plaisirs sur un peuple accueillant et patient. Prenez garde, telle une étincelle à la lisière d’une foret en saison sèche, notre flamme de colère risquera bien de tout emporter sur son passage et vous avec : A BOUNGBI KADA NA KEKE ( le tronc d’arbre reçoit toujours le coup destiné au lézard).

La notion de l’assistance est, naturellement, bien loin des potentats d’avilissement, de viols et autres pillages systématiques de ressources. Non, dames et sieurs des nations unies, vous ne posséderez jamais nos plurielles libertés. Nos traditions, nos familles et nos terres resteront NOTRES !

Réconciliez vous avec votre mission, faites votre travail avec humanité et abnégation suivant vos engagements humanitaires.  Il est surtout temps, pour vous, de comprendre que l’opprimé se servira toujours l’arme de son oppresseur pour lui administrer la sentence méritée : le peuple centrafricain est au seuil de la révolte et ne nous collez point l’ingrate image de celui qui décide de couper les mains qui viennent les secourir.

De par vos errements, un mur s’élève silencieusement au sein de notre population. Votre représentation, qui devrait être une noble mission, relève, aujourd’hui, d’une simple usurpation machiavélique. Il est donc temps de vous ressaisir.

Vos tentatives ouvertes de conduire le pays vers une prochaine partition, prétextant sécuriser avant tout le sud de la république centrafricaine durant les dix prochaines années tout en laissant s’enraciner la Séléka dans le nord actant ainsi une partition de fait, créent des dispositions xénophobes dans l’esprit de ce peuple jadis paisible, tolérant et quelques fois naïf. Vous serez les seuls comptables de vos actes.

Vous vous êtes offerts de détruire le tissu social centrafricain et de tapisser les cœurs de nos enfants, nos mères et pères d’un tapis décoré aux motifs de la haine et du rejet de l’autre. En tout cas, merci pour le service rendu. Nous entendons, depuis le sommet du mont Toussoro les rugissements de nos fauves proclamant : nous, enfants de Bê-Africa, alons offrir nos poitrines pour la mère patrie. Nos harpons, flèches, Sèlèzè et autres Ganapandé seront d’abord orientés dans votre direction avant d’aller chercher celui qui a décidé de devenir frère-ennemi de la nation.

Estimez vous heureux, votre mission est accomplie !

Ceci est un avertissement.

 

Freddy Silvère OUILIDAN

Activiste centrafricain.

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :