Skip to content

« LA PRIORITE N’EST PAS UN DROIT », DISENT CERTAINS CONDUCTEURS DE MOTOS-TAXIS : UNE IGNORANCE

août 25, 2016

 

Nous sommes en pleine circulation urbaine. Il convient de préciser que tout chauffeur de motocycliste ou de véhicule doit obligatoirement se munir d’un permis de conduire délivré par le ministère du Transport. Et ce dernier doit apprendre à appliquer le code de la route à travers l’auto-école. Force est malheureusement de constater que la plupart de conducteurs n’ont même pas un permis de conduire digne de ce nom. Ce sont de faux permis délivrés par des falsificateurs de faux documents du Km5 et d’ailleurs.

D’ordinaire, il est important de noter que les moyens de transport urbain jouent énormément un rôle primordial dans la libre circulation des biens et des personnes. Mais les mille et une (1001) motos taxi mises en circulation par des particuliers ne répondent pas aux attentes de la population civile centrafricaine. Notons que la consommation du tramadol ou des stupéfiants pour se doper afin d’avoir la force physique et de conduire toute la journée, sans être fatigués, d’après les conducteurs des motos-taxis, constitue un danger public. De ce fait, que se passe dans les avenues, les rues et les ruelles des villes du pays en général et plus précisément à Bangui la capitale ?

En effet, avant de rentrer dans le vif de notre analyse, il est judicieux de définir les concepts. La priorité étant ce qui doit se passer en premier lieu. Alors que le droit est l’ensemble des lois ou des règles qui régissent les rapports des hommes constituant une même société. Dans cet ordre d’idée, comment certains conducteurs des motos-taxis disent que « la priorité n’est pas un droit » ? Pourquoi cette affirmation ? A les entendre raisonner de cette façon, nous déduisons très rapidement que ceux-là sont passés par la « petite porte » pour se munir d’un permis de conduire. Ces derniers sont et demeureront dans l’ignorance du Code de la Route. Il existe tant de règles du Code de la Route, notamment les panneaux de signalisation, les passages protégés pour ne citer que ces quelques exemples à titre d’illustration.

Les panneaux de signalisation servent à mettre en garde les chauffeurs du danger de mort. De même, si un piéton met un pied sur le passage protégé, les engins à deux, quatre, six, dix voire dix-huit roues doivent s’arrêter et donner la priorité à ce piéton d’abord de traverser. Mais en Centrafrique ce n’est pas le cas. Chacun ou chacune cherche des voies et moyens pour rattraper le temps perdu. Certains motos-taxi et véhicules roulent en pleine ville sans clignotant. Ce qui est à l’origine de nombreux accidents de circulation et de perte en vies humaines dans la communauté. Il en résulte que la priorité est un droit ou un idéal dans les circulations urbaines, interurbaines.

Voilà d’une manière ramassée, la quintessence de l’idée erronée de certains conducteurs de motos-taxis. Ainsi, il appartient aux ministères des Transports et de la Sécurité Publique et plus spécifiquement la brigade motorisée de bannir l’esprit de la corruption et de contrôler les permis de conduire de nos amis routiers. Ceux qui ne sont pas en règle ne doivent pas conduire. En outre, mieux vaut être en règle pour conduire.

 

Urbain Simplice BAÏTI

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :