Skip to content

Un grand marabout français fait savoir que des enquêtes ont été ouvertes par la justice française sur les cas de viols et d’abus sexuels…

août 25, 2016

« L’être humain est sacré », selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Les normes nationales et internationales consacrent des principes et droits fondamentaux qui protègent la personne humaine, quelle que soit son origine. A cet effet, tout individu mérite un minimum de respect dans son propre pays, ou dans un pays tiers. Les Nations Unies et la France, qui enseignent la démocratie et le respect des Droits de l’Homme, n’ont-elles pas honte des bévues commises par leurs soldats sur les mineurs et les femmes en RCA ? Comment le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-Moon, et le président français, François Hollande, peuvent-ils fermer les yeux sur les crimes commis par leurs forces en RCA ? Ne sommes-nous pas des êtres humains  ayant les mêmes valeurs et droits que les autres ? Qu’avons-nous fait pour mériter toutes ces humiliations ? Autant d’interrogations qui dépassent l’entendement humain.

L’Opération Sangaris, la plus ordurière qui a ouvert la porte de la malédiction avec les agressions sexuelles commises sur les quatorze (14) mineurs dans le site des déplacés de l’aéroport Bangui M’Poko, en 2014, est entrain de quitter le territoire centrafricain. Il n’y a que quelques gouttes de ces ordures qui continuent en ce moment de polluer l’espace vital des Centrafricains. Dans un passé récent, un grand marabout français nous a fait savoir que des enquêtes ont été ouvertes par la justice française, pour faire la lumière sur ces crimes commis par les soldats français en RCA. Aujourd’hui, les auteurs de ces crimes se retrouvent dans leur propre pays. Mais depuis toujours, c’est un silence de cimetière qui ne dit pas son nom. Où en sommes-nous avec ces enquêtes ouvertes par la justice française ? Le peuple centrafricain attend des éclaircissements sur ce sujet pour avoir le cœur net. L’officier de l’Opération Sangaris qui a utilisé son chien pour faire l’amour avec nos filles mineures devrait automatiquement être traduit devant la justice. Est-ce le cas ?

Il en est de même des Casques Bleus de la mission onusienne en RCA. La Minusca œuvre-t-elle concrètement sur la base de son mandat ? Si oui, pourquoi tant d’indisciplines au sein des contingents de la Minusca, qui se sont livrés et continuent de se livrer à des actes odieux et crapuleux de tout genre : viols, manipulations des groupes armés, pillages de nos ressources naturelles, et que savons-nous ? Le contingent de la RD-Congo avait laissé ses traces dans la ville de Bambari. Des mineures violées par les Casques Bleus de ce contingent et qui sont tombées enceintes par la suite, ont été abandonnées à leur triste sort. Certaines d’entre elles ont aujourd’hui des nourrissants, et ne savent quoi faire pour les nourrir et les élever. Après une soi-disant audience de quelques jours, ouverte par les autorités judiciaires de la RD-Congo, qu’en est-il de sa suite ? Ce dossier est-il classé et donc qualifié d’un non événement ? Le cas du contingent camerounais est encore pire. C’est la déshumanisation que les Casques Bleus s’en sont livrés dans la ville de Kabo, en abusant excessivement des mineures et femmes, pour produire des films pornographiques. Jusqu’à la date d’aujourd’hui, personne n’est en mesure de dire exactement si les auteurs de ces actes ignobles sont poursuivis ou non. François Hollande, Ban Ki-Moon et Parfait Onanga-Anyanga, doivent nous dire clairement si ces crimes commis par les forces internationales sur les mineurs et les femmes doivent-ils rester impunis ?

« L’impunité zéro » ne se limite pas uniquement aux actes de tueries, de carnages, de massacres et d’incendies de maisons et villages perpétrés par les groupes armés. Cela vise également les violations des droits humains, à l’exemple des viols commis par les forces internationales sur les mineurs et femmes en RCA. Elle vise aussi les crimes économiques à travers l’exploitation illicite et frauduleuse des ressources naturelles de notre pays par les Casques Bleus : diamants de sang, or de sang, ivoires de sang, bois de sang … Ces exemples de crimes que nous venons de citer figurent dans le nouveau mandat de la Minusca. Ce n’est pas Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca, qui nous dira le contraire. Les auteurs de ces crimes doivent être traqués, arrêtés et mis à la disposition de la Cour Pénale Internationale (CPI) ou de la Cour Pénale Spéciale (CPS), pour répondre de leurs actes barbares. C’est de là qu’on peut donner un véritable sens à « l’impunité zéro ».

 

Bénistant MBALLA

 

 

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :