Skip to content

LA RCA DE FEU BARTHELEMY BONGANDA « RESTE ET RESTERA UNE ET INDIVISIBLE » : NUL N’A LE DROIT DE DIVISER LE PEUPLE CENTRAFRICAIN

août 31, 2016

 

Le président fondateur de la République Centrafricaine, feu Barthélemy Boganda, paix à son âme, a déclaré : « la RCA est une et indivisible ». Après sa mort et jusqu’à ce jour, cette parole d’unification prônée est perdue de vue. L’unité a cédé la place au régionalisme, à l’ethnocentrisme, au sectarisme, à la haine, au tribalisme, à la vengeance, au rancœur, à la méchanceté. A l’exception de Bokassa, tous les présidents qui se sont succédés à la tête de l’Etat n’ont aucune vision objective, celle de développer le pays. Après cinquante-six (56) ans d’indépendance, le pays reste encore au stade embryonnaire à cause des mutineries, des coups d’Etat et rebellions qui ont fragilisé et ruiné tous les fondements de la République. Depuis la date du 24 mars 2013 jusqu’aujourd’hui, certains compatriotes centrafricains qui pensent détenir le titre foncier de la RCA cherchent des occasions, soit pour revenir au pouvoir, soit pour diviser le peuple centrafricain à travers la partition du pays.

Bozizé et Djotodia avec leurs esprits machiavéliques ont scellé une alliance contre nature à Nairobi. Ils ont orchestré le coup d’Etat du 26 septembre 2015 contre Catherine Samba-Panza qui a fait des centaines de morts et de blessés. Malheureusement pour eux, leur projet a échoué. Le peuple centrafricain, victime de la barbarie la plus ordurière a décidé de mettre un terme à sa souffrance par l’organisation des élections couplées de 2015 – 2016. Sous les pluies des balles et devant les intimidations des groupes armés, les Centrafricains ont bravé la peur pour aller choisir leurs actuels dirigeants. Aujourd’hui le pays s’est doté de nouvelles institutions démocratiquement élues, dont les résultats reflètent bel et bien le choix du peuple. Ayant échoué dans leur projet machiavélique, les partisans de Nairobi cherchent la dernière occasion, celle de mettre en exécution leur plan B, c’est-à-dire la partition du pays. C’est ce que le FPRC, le RPRC, la CPJP du côté Séléka et les Anti-balaka dirigés par Mokome sont entrain de faire. Et nous osons croire que les mains de Bozizé et Djotodia sont cachées derrière cette manipulation. Si tel n’est pas le cas, pourquoi n’ont-il pas demandé à ces groupes armés récalcitrants de s’adhérer au programme DDRR comme les neuf (9) autres groupes ? Pourtant, ceux-ci font des déclarations sur les ondes internationales que nous suivons de près. Mais jamais, ils n’ont exhorté les groupes armés à cesser les hostilités encore moins demander pardon au peuple centrafricain.

Nous continuons toujours de lancer un vibrant appel aux groupes armés récalcitrants de revenir à de bons sentiments. Le président Touadéra a toujours les bras ouverts. Il aime le dialogue pour consolider le vivre ensemble, la cohésion sociale, la réconciliation nationale. Bozizé et Djotodia, qu’est-ce qu’ils ont laissé à la population centrafricaine pour prétendre revenir au pouvoir ? Même s’ils parvenaient à revenir au pouvoir, qui le céderait à qui ? Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, « la RCA reste et restera une et indivisible ». Nul n’a le droit de diviser le peuple centrafricain. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, unissonsnous pour triompher des forces du mal qui hantent le pays à sortir de l’enclave.

Bénistant MBALLA

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :