Skip to content

L’Editorial de Julien BELA : LA SESSION CRIMINELLE INQUIETE

septembre 2, 2016

 

Des criminels de gros calibre, ceux qui sèment la terreur, la désolation, ceux-là dont seul le nom donne la chair de poule, sont purement et simplement acquittés. Ces bandits de grand chemin sont remis en liberté. Est-ce la faute des magistrats qui siègent à la session en cours de la Cour Criminelle ? La balance penche du côté des Officiers de Police Judiciaire (OPJ) et les Juges d’Instruction qui n’ont pas fait leur travail, comme il se doit. Des criminels qui terrorisent tout un arrondissement, tuent, pillent braquent, peuvent-ils avoir un dossier vide ? La Cour Criminelle statue sur les dossiers qui sont préparés et soumis à la session. Le magistrat n’invente pas la roue, mais il examine et exploite le dossier qu’il a sous les yeux.

Les OPJ qui ont à charge la documentation des dossiers, n’ont pas fait leur travail, soit par complaisance, tribalisme, ou simplement la mauvaise foi ou la peur. Un criminel est un criminel, peu importe de quel bord il se trouve. L’« impunité zéro » n’est qu’un pur slogan vidé de tout son sens en Centrafrique. Les OPJ ne comprennent pas encore l’importance de purger la société de ces mauvais citoyens, les criminels, les tueurs, les voleurs, les braqueurs, les violeurs, les escrocs et autres bandes nuisibles, les détenteurs illégaux d’armes, les associations de malfaiteurs, les brigands, les délinquants récidivistes.

A l’allure où va la session criminelle, tous les seigneurs de la barbarie, tous les assassins, les criminels seront tous remis en liberté. Tout porte à croire qu’aucune enquête sérieuse n’a été menée sur les différents criminels en puissance qui ont été arrêtés et mis derrière les barreaux. Le peuple centrafricain est inquiet de ces acquittements qui remettent les bourreaux en liberté. Tout le monde réclame la paix, mais personne ne veut contribuer à l’instauration de ce climat de paix, plus singulièrement les forces de sécurité dont la gendarmerie et la police. La RCA se retrouve dans un engrenage où la crise nourrit la crise. A qui cela profite-t-il ? Aux pêcheurs en eau trouble des anciens régimes, encore nombreux dans les arcanes de l’administration.

Et pourtant, la Chaîne pénale fait l’objet d’une attention particulière par la Communauté Internationale, notamment les Etats Unis qui ont mis le paquet, en ressources humaines (les experts) et en finances. Malheureusement, les résultats attendus ne sont pas encore au rendez-vous, loin de conforter l’Etat de droit en gestation. Qui va se substituer aux Centrafricains pour instaurer une Chaîne Pénale digne de ce nom ? La justice est-elle réellement aveugle en Centrafrique ? Des noms qui peuvent congeler le sang du citoyen lambda, reviennent, comme de rien n’était au sein de la société, non seulement ils provoquent un sentiment de peur, d’inquiétude, de panique, mais ils donnent à réfléchir plus profondément sur le fonctionnement de la justice en RCA.

Julien BELA

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :