Skip to content

LE RELACHEMENT DE MAHAMAT TIDIANE, ABDOULAYE HISSEN, AROUN GAYE PAR LA MINUSCA N’EST-ELLE PAS LA REPONSE A LA MISE EN LIBERTE PROVISOIRE DE FRANCIS BOZIZE ?

septembre 5, 2016

 

L’évasion des principaux leaders de la Séléka, Aroun Gaye, Mahamat Tidiane, Abdoulaye Hissen et autres, dans la nuit du 12 au 13 août dernier, continuent de faire couler des salives. Dans toutes les conversations, que ça soit dans les bus, les taxis, sur les taxis-motos, dans les marchés, aux champs, à la pêche et dans les bureaux, les noms précités reviennent toujours sur le bout des lèvres.

Dans la journée du jeudi 1er septembre 2016, alors que nous étions au nombre de six (6) personnes dont deux (2) femmes dans un taxi en partance de Pétévo vers le centre-ville, un (1) homme et une (1) femme sont revenus sur ce sujet. L’homme de dire, « vous ne pensez pas que l’arrestation puis le relâchement des principaux leaders de la Séléka par la Minusca ne sont-ils pas la réponse à la liberté provisoire de Francis Bozizé, accordée par la justice centrafricaine ? Car, partout où je passe, les gens disent que c’est cet acte qui est à l’origine de leur relâchement ». Et la femme, de son côté, a posé la question suivante : « Mais pourquoi ? L’homme lui répond en ces termes : « tu ne sais pas que c’est la Minusca qui a arrêté Francis Bozizé et l’a remis aux autorités du pays ? Mais quelques jours après son arrestation, on nous a annoncé à la radio que la justice lui a accordé la liberté provisoire. Nous savons tous que Francis Bozizé, le fils de François Bozizé, a fait trop de mal aux centrafricains quand son père était encore à la tête de l’Etat ». Et il poursuit en posant la question suivante : « comment voulez-vous que quelqu’un qui a commis des crimes, des tortures, tout comme les leaders de la Séléka, peut-il bénéficier d’une liberté provisoire après quelques jours ? Cette situation ne peut-elle pas pousser la Minusca qui l’a arrêté, à relâcher aussi ces criminels du Km5 » ? La femme et les autres occupants du taxi ont tous dit, « c’est vrai ». La conversation devrait se poursuivre. Mais malheureusement, nous étions déjà arrivés au centre ville et chacun est descendu du taxi pour aller vaquer à ces occupations quotidiennes.

Mais cette conversation, bien que courte, est très riche, et doit nous donner matière à réflexion. Francis Bozizé, l’ex-ministre de la Défense Nationale, sous le régime clanique, régionaliste, tribaliste, de son père François Bozizé-Yangouvounda, a foulé le sol centrafricain le 03 août 2016, après son exil. Il a été arrêté par la Minusca le 05 du mois c’est-à-dire deux jours après son arrivée. Automatiquement après son arrestation, la force onusienne, la Minusca l’a remis aux autorités judiciaires du pays. Mais à la surprise générale de la population centrafricaine qui attendait de pied ferme que Francis Bozizé soit détenu dans une prison en attendant son jugement, celui-ci fut bénéficié d’une liberté provisoire. Donc, il peut se pavaner, vadrouiller dans les rues de Bangui comme bon lui semble. Et quand sera-t-il jugé ? C’est toute la question qui se pose avec plus d’acuité aujourd’hui.

Au regard du mystère qui plane sur la liberté provisoire de Francis Bozizé, la Minusca de Parfait Onanga-Anyanga peut-il avoir encore le courage d’arrêter les criminels ? En d’autres termes, d’exécuter les mille et un (1001) mandats d’arrêt, délivrés par la justice centrafricaine, à l’encontre de ceux qui ont commis les plus graves crimes en République centrafricaine ? Méditons-en ensemble. La liberté provisoire octroyée à Francis Bozizé et le probable relâchement de Mahamat Tidiane, Aroun Gaye, Abdoulaye Hissen … par la Minusca dépassent l’entendement humain. La Minusca était-elle débordée par la liberté provisoire de Francis Bozizé ? Le relâchement de ces criminels, est-ce la manière pour la Minusca de protester contre la liberté de Francis Bozizé ? Il ne fait aucun doute. C’est bien cela. Nous ne devons pas chercher de midi à quatorze (14) heures pour comprendre leurs attitudes.

Ce relâchement s’inscrit bel et bien dans cette logique. Car nous devons comprendre que les Casques Bleus sont des êtres humains. Ils réfléchissent avant de poser un acte. Et c’est ce qu’ils ont fait. Peut-être ont-ils jugé inutile d’arrêter ces principaux leaders criminels et de les remettre à la disposition de la justice, car Francis Bozizé, bien qu’étant arrêté par ces derniers et remis aux autorités judiciaires, n’a même pas passé une semaine sous les barreaux avant de retrouver la liberté provisoire. C’est ça le paradoxe.

Donc, en relâchant Aroun Gaye, Abdoulaye Hissen, Mahamat Tidiane et autres, la Minusca a répondu aux autorités judiciaires. Et si des efforts ne sont pas faits par ces dernières pour mettre en exécution le fameux slogan « impunité zéro », l’exécution par la Minusca des mandats d’arrêt délivrés par la justice centrafricaine à l’encontre des personnes qui ont commis des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, sera renvoyée aux calendes grecques. A l’allure où vont les choses, il ne sera pas aisé, facile à la Minusca de se lancer dans une telle aventure où les présumés coupables bénéficient toujours de la liberté provisoire.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :