Skip to content

LES ENJEUX DU DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE : QUE FAUT-IL FAIRE POUR LE REALISER ?

septembre 5, 2016

 Dans notre précédente parution, nous vous avons tenu en haleine sur ce que c’est que le dividende démographique. Nous osons croire que vous vous êtes bien imprégnés sur ce nouveau concept en République centrafricaine. Aujourd’hui, l’honneur nous échoit et nous pousse à vous entretenir sur comment faire pour réaliser le dividende démographique. C’est très simple.

D’après Raymond Goula, chargé de programme, population et développement au Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), « pour pouvoir récolter le dividende démographique, un pays doit agir simultanément sur cinq (5) domaines en interrelation : structure de la population ; santé ; éducation ; politique économique et bonne gouvernance ». Lorsque ces cinq (5) domaines cités ci-haut sont pris en compte dans les politiques du gouvernement, le dividende démographique est réalisé. Pour ce faire, il faut changer la structure par âge de la population, par l’accélération de la transition démographique : le point de départ est la baisse rapide de la fécondité par des investissements dans la planification familiale, la survie de l’enfant et l’éducation des filles.

La planification familiale, quant à elle, permet aux hommes et aux femmes de décider du nombre d’enfants qu’ils veulent et du moment de les avoir en les espaçant selon les normes. Elle contribue à la survie de l’enfant : en effet, les bébés nés moins de deux (2) ans après leur aîné courent environ deux (2) fois le risque de mourir que ceux nés après un intervalle de plus de deux (2) ans. De surcroît, cet aîné risque de mourir à cause d’un sevrage précoce. La planification familiale est fondamentale dans tout processus.

Par contre, les investissements dans la survie de l’enfant sont un facteur déterminant dans la baisse de la fécondité. Quand les parents voient leurs enfants survivre et s’épanouir, ils commencent à admettre qu’avoir moins d’enfants est bénéfique. Car on ne fait pas d’enfants pour qu’ils meurent après quelques jours. Nous devons comprendre que la survie des enfants garantit notre vieillesse.

En ce qui concerne l’éducation des filles, il a été démontré que lorsque les filles restent plus longtemps à l’école, elles sont moins susceptibles d’être mariées tôt et d’avoir des enfants trop tôt. Les filles qui ont fait des études secondaires ont moins d’enfants et ces derniers sont en bonne ou meilleure santé : en effet, la mortalité des enfants de moins de cinq (5) ans est plus faible quand la mère a achevé ses études secondaires, que lorsqu’elle n’a fait que des études primaires ou n’ont pas mis pied à l’école. A titre d’exemple, en Côte d’Ivoire, sur mille (1000) naissances vivantes, le nombre de décès avant l’âge de cinq (5) ans est de 103 si la mère n’est scolarisée ; 53, si elle a achevé le cycle primaire ; 30, si elle a terminé le premier cycle secondaire et 24, si elle a fini le second cycle secondaire. Donc, l’éducation des filles est très, très bénéfique pour la société et fondamentale pour la planification familiale.

La réalisation du dividende démographique passe aussi par l’amélioration de la santé des gens tout au long du cycle de vie. Car des enfants en bonne santé et bien nourris, réussissent mieux à l’école et cela contribue à terme à constituer une force de travail hautement qualifiée. Des soins appropriés pendant la grossesse et l’accouchement sont nécessaires à la réduction des décès maternels et des nouveau-nés ;  le renforcement des systèmes de santé pour qu’ils répondent aux besoins des populations est essentiel. Cela nécessite du personnel de santé qualifié et la sécurisation des produits de santé.

En outre, il faut investir dans l’éducation des jeunes : les systèmes éducatifs doivent fournir une éducation de qualité et amener beaucoup plus de jeunes à achever leurs études primaires, secondaires et même supérieures, et enfin acquérir les compétences pour s’adapter au marché du travail en évolution. On assure ainsi la disponibilité de travailleurs qualifiés pour occuper des emplois dans des secteurs clés.

Nous osons espérer que la population centrafricaine est bien outillée sur, « que faut-il faire pour réaliser le dividende démographique ». Appliquons à la lettre toutes ces procédures, dès maintenant, pour réaliser ce nouveau concept qui est le dividende démographique.

(Dossier à suivre).

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :