Skip to content

LES FACA PROCHES DE BOZIZE VEULENT ENFLAMMER LE PAYS : POUR 04 MOTOS BRAQUEES A MISKINE, LE KM5 A ARRACHE 06 MOTOS ET LA TENSION EST MONTEE D’UN CRAN

septembre 5, 2016

Pour des motos, les FACA basées à Miskine laissent opérer des braquages sur des sujets musulmans, histoire de mettre le feu à la ville de Bangui, troublant ainsi ce samedi 03 septembre 2016, la paix qui revient peu à peu dans la capitale. Souvent nous accusons les Séléka, les Anti-Balaka ou les extrémistes du Km5. Les ennemis de la République sont les FACA proches de Bozizé, pour ne pas dire de son ethnie. Ces quatre (04) motos emportées par les FACA de Bozizé, selon les informations en notre possession, sont entrain d’être dépiécées. Les pièces vendues peuvent-elles permettre aux auteurs de cette forfaiture de faire fortune ? Bozizé a ainsi miné l’armée dans sa vision de somalisation du pays. Le pays s’engage peu à peu sur la voie de la normalisation et ce sont encore les FACA proches de Bozizé qui s’illustrent négativement par des actes barbares.

Lors de ce braquage à Miskine, un des conducteurs d’une des motos, a été grièvement poignardé. Ce qui devait mettre en péril la vie de paisibles conducteurs de motos qui desservent le Km5. Automatiquement après cet acte barbare, le Km5 a appliqué systématiquement la loi du talion, «œil pour œil, dent pour dent ». Si les FACA doivent laisser faire les partisans de Bozizé, sur qui le peuple centrafricain peut-il compter désormais ? Ne faille-t-il pas dissoudre purement et simplement l’armée ? Malgré tous les efforts consentis par les autorités, la Communauté internationale, la Minusca, les brebis galeuses sont encore nombreuses et ternissent l’image de marque de l’armée nationale. Les autres composantes des FACA, honnêtes, disciplinées, patriotes sont mises dans le même sac. Tous les éléments des FACA, basés à  Miskine, ont été arrêtés et les enquêtes se poursuivent pour retrouver les barbares provocateurs qui se sont évaporés dans la nature. Les vrais ennemis de la République, ce sont les partisans de Bozizé qui veulent mettre le pays à feu et à sang.  La RCA n’est pas la propriété privée de Bozizé. Bozizé est arrivé au pouvoir comme tous les autres chefs d’Etat que le pays a connus. Certains par des élections, d’autres par un coup d’Etat. L’histoire des nations est ainsi faite, de haut et de bas. A l’exception de Bozizé, aucun des autres chefs d’Etat de la RCA, n’a rendu la vie aussi infernale, horrible et exécrable aux Centrafricains. Dès qu’il y a semblant de paix précaire, ce sont les hommes de Bozizé qui remettent le pays en danger.

Sous Catherine Samba-Panza en pleine transition, les hommes de Bozizé ont étalé des velléités de prise de pouvoir par la force, le 26 septembre 2015. Après les élections, ils ne démordent pas. Entretemps, tous ceux qui ont été arrêtés et mis en prison, sont acquittés par la Cour Criminelle, ce qui remet le pays dans un cercle vicieux de l’insécurité. Pire encore, les hommes de Bozizé sont toujours en poste dans les différentes stratigraphies de l’administration et font du sabotage systématique. Tous les réseaux obscurs sont toujours en place et tirent le pays vers le bas. N’y a-t-il pas d’autres centrafricains dans le pays que les parents à Bozizé ? C’est une attaque en règle et non un braquage, dans le but de provoquer un soulèvement au Km5.

La langue blessée par les dents, n’empêche pas  un être humain de manger. Le sel, le piment piquent au contact de la plaie, cela fait mal. Mais il faut supporter pour se nourrir afin de ne pas mourir de faim. Touadéra est, vit à Boy-Rabé, il est passé par le Km5, la mosquée centrale, le camp Béal et Kaga-Bandoro pour marquer sa volonté de réunir, de rassembler les frères ennemis, pour la reconstruction de notre pays. Il a privilégié le dialogue, loin de toute solution armée. Il faut convaincre nos frères qui ont pris les armes du bien fondé d’être ensemble, la main dans la main. La crise est désormais derrière nous. Il faut se tourner vers l’avenir, un futur plus soudé, plus solidaire, plus réconcilié, plus cohérent. Mais il y a encore des damnés de la terre qui rament à contre courant. Il n’y a que les parents à Bozizé à avoir bu le lait et le miel en son temps. Les données ont changé. Chaque centrafricain doit tenir sa chance, et non la domination totale d’une seule ethnie sur le reste de la nation.

Julien BELA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :