Skip to content

LE DDRR, PASSAGE OBLIGE POUR LA PAIX, ALORS QUE CERTAINS GROUPES ARMES ET QUELQUES ELEMENTS DES FACA NE DEMORDENT PAS

septembre 6, 2016

« La paix n’a pas de prix », dit-on. Et c’est cette paix que nous cherchons depuis plusieurs années. Elle tarde à venir certes, mais elle deviendra dans un proche avenir une réalité. Elle se concrétisera du jour au lendemain quand le Désarmement, Démobilisation, Réinsertion, et Rapatriement (DDRR) sera effectif.

Le DDRR, si nous osons croire certains combattants des groupes armés qui se sont adhérés à ce processus, est le passage obligé pour le retour définitif à la paix et à la sécurité. Mythe ou réalité ? Il faut être pessimiste pour dire que c’est un mythe. Pour notre part nous pensons que c’est une réalité. Car sans le Désarmement des groupes armés, tous les efforts déployés par les uns et les autres  seront nuls et n’auront pas d’effet. Donc le désarmement est la condition sine qua non pour notre pays, la RCA de sortir dans cette zone d’ombre. Il nous permettra aussi d’amorcer le décollage économique, gage d’un développement durable. Car, vous êtes sans ignorer qu’on ne construit pas  un pays avec les détonations d’armes de tout calibre. Au contraire, les armes détruisent le tissu économique, social et réduisent à néant tout un peuple.

Il s’avère indispensable, au jour d’aujourd’hui, que tous ceux qui détiennent illégalement des armes par devers eux, soient désarmés. Les autres qui ne détiennent pas des armes doivent désarmer leur cœur et leur esprit. Et l’archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalaïnga, est revenu à maintes reprises sur le désarmement du cœur et de l’esprit. C’est aussi une autre voie car la haine, la rancœur, la vengeance, le mépris de soi ont gagné le cœur des Centrafricains. Et il faut y mettre fin dès aujourd’hui. Nous condamnons toujours les forces non conventionnelles d’être à l’origine de nos malheurs. C’est vrai, mais nous devons aussi regarder la poutre qui est dans nos yeux.

Aujourd’hui, le peuple centrafricain réclame à cor et à cri l’opérationnalisation et le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA). Il a raison. Mais les comportements de certains éléments des FACA laissent à désirer. Est-il possible qu’un groupuscule de FACA se déguise en voleurs, en braqueurs des motos ? C’est inadmissible et intolérable. L’armée centrafricaine doit être disciplinée, républicaine, prête à défendre la République et à protéger les Centrafricains. Il est hors de question que ces éléments persistent et signent dans des actes barbares. Le gouvernement que dirige Simplice Sarandji, sous la très haute impulsion de son Excellence, le président de la République, professeur Faustin Archange Touadéra, déploie des efforts considérables pour la restauration de l’armée centrafricaine digne, intègre et honnête. Mais pourquoi ces brebis galeuses n’aiment pas la paix que les Centrafricains cherchent avec une lampe torche ? De plus, la force européenne, dénommée EUTM se bat pour rendre opérationnelle l’armée centrafricaine. Que cherchent et que veulent ces braqueurs de motos ? Les motos des particuliers, emportées par les malfrats du Km5, ces éléments des FACA sont-ils en mesure de les restituer aux propriétaires ?

Il en est de même pour les combattants d’Ali Daras à Bambari qui ont trouvé leur compte dans cette crise. Les braquages des motos et les rackets des populations civiles, sur les barrières illégales, ont débordé le vase. C’est aussi le même son de cloche à Kaga-Bandoro avec les combattants du FPRC de Nourredine Adam. Mais s’agissant des hommes d’Ali Daras, nous nous étonnons de les voir agir de la sorte alors qu’ils se sont adhérés au processus DDRR. Est-ce de cette façon que le DDRR sera un passage obligé pour la paix ? Nous ne le pensons pas. Ces actes indignes, inhumains commis sur les civiles ne font qu’aggraver la crise et non l’adoucir.

Pour que le DDRR soit une réalité et doit se traduire sur le terrain, il serait mieux de commencer dès maintenant à sensibiliser les groupes armés récalcitrants, à les conscientiser, à les éduquer. Car c’est l’ignorance qui les pousse à agir de la sorte. C’est également le suivisme. Ils ont copié cette sale habitude sur les mercenaires tchadiens et soudanais qui ont emporté une grande partie de nos biens au Tchad et au Soudan. Le ministre de la Défense Nationale, Joseph Yakété, doit de son côté, intimer l’ordre aux chefs de différents bataillons de sensibiliser aussi leurs hommes de troupe qui sont déployés aujourd’hui dans les check-points pour protéger les populations civiles. Si chacun de son côté agit ainsi, le DDRR deviendra un passage obligé pour la paix. Certains éléments des FACA doivent se comporter comme des soldats loyaux et non comme des braqueurs, pour le retour de la paix en Centrafrique. Le bon exemple devrait venir d’eux et non des groupes armés.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :