Skip to content

LE FPRC VA DE RECLAMATIONS EN RECLAMATIONS POUR LE DDRR : ZACHARIA DAMANE, L’HOMME FORT DE TIRINGOULOU POSE QUELQUES UNES.

septembre 9, 2016

 

Le président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra vient d’effectuer une visite de travail à Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haut-Kotto, ce lundi 05 septembre 2016. A l’issue de cette visite, Touadéra, l’homme qui prône toujours le dialogue pour la résolution de la crise centrafricaine, a profité de cette occasion pour rencontrer les groupes armés afin de les convaincre, les exhorter à adhérer au processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR).

Le Front Patriotique pour le Renouveau de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam, l’aile dure de la Séléka qui est resté jusqu’au jour d’aujourd’hui réticent au DDRR, va de réclamations en réclamations à ne point finir. Zacharia Damane, l’un des plus influents cadres du FPRC, l’homme fort de Tiringoulou qui avait mis en mal le régime de François Bozizé-Yangouvonda dans cette région et qui y règne en maître absolu, a posé des conditions, pour ne pas dire exiger des garanties pour les membres de ce mouvement politico-militaire. D’après Zacharia Damane, lors d’une interview accordée au RJDH, nous citons, « nous exigeons au gouvernement une garantie sécuritaire, car nous constatons qu’il n’y a pas de sécurité pour nos membres. Aussi, il faut arrêter de traquer nos cadres et nous rassurer quant à l’enrôlement de nos éléments dans l’armée. Ce sont les points que nous avons soulevés lors de la rencontre avec le président de la République ». Et d’ajouter, «  le DDRR n’est pas nouveau. C’est depuis six (6) ans qu’on a tenté de faire le DDR, ça n’a pas marché… Nous sommes des militaires soumis aux ordres mais je ne suis pas rassuré par ce processus ».

Peuple centrafricain, à en croire Zacharia Damane s’exprimer de la sorte, pensez-vous que le FPRC est prêt à faire la paix ? Nous ne le pensons pas. Hier, ce même Zacharia Damane avait affirmé que lui et ses hommes ont pris les armes parce que leur région est marginalisée, bafouée par tous les régimes qui se sont succédés en Centrafrique depuis son indépendance à ce jour. Aujourd’hui, cette réclamation a fondu comme du beurre au soleil. Zacharia Damane exige maintenant la garantie des membres du FPRC qui sont, selon lui, traqués du jour au lendemain. Mais qui les traque ? Du moins que l’on sait que c’est le FPRC qui règne comme un seigneur de guerre dans la Haute-Kotto, la Bamingui-Bangoran, une partie de l’Ouham-Péndé et de la Vakaga. En outre, Zacharia Damane a évoqué l’échec cuisant du DDR à l’époque de Bozizé. C’est vrai. Il a raison. Mais il doit savoir que le régime de Bozizé n’existe plus, que ceux qui ont avalé les fonds du DDR ne sont plus dans le comité qui pilote ce DDRR. Ce DDRR est placé sous l’autorité directe du chef de l’Etat, Faustin-Archange Touadéra qui n’avait même pas plongé sa main dans la caisse du DDR. De plus, l’œil de la Communauté Internationale est braqué sur ce programme. Pourquoi le FPRC se fait-il des soucis quant à la réussite du DDRR ? C’est une utopie. Zacharia Damane et le FPRC ne doivent pas regarder en arrière. Ce qui est passé, est passé.

En réalité, le peuple centrafricain en général, et les groupes armés en particulier, meurent faute de connaissance. Le processus DDRR qui est mis en œuvre, inclut aussi la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS). C’est dire que certains combattants des groupes armés qui répondent aux critères d’enrôlement dans l’armée centrafricaine, vont faire leur entrée dans les Forces Armées Centrafricaines (FACA). Ils seront préalablement formés. Donc les combattants du FPRC seront eux aussi enrôlés. La nouvelle armée républicaine sera pluriethnique. Aucune ethnie de la République n’en taillera la part du lion. A titre d’exemple, les Goula, les Karé, les Banda, les Yakoma, les Gbaya, … et nous en passons seront équitablement représentés dans cette nouvelle armée.

A quoi sert-il de faire des réclamations stériles, sachant bien que celles-ci ont été déjà prises en compte par les nouvelles autorités du pays qui s’activent aujourd’hui pour les rendre concrètes ? Les groupes armés en général, et le FPRC en particulier, doivent comprendre dès à présent que les Centrafricains du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, partout où ils se trouvent, n’aspirent qu’au retour de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national. Les Centrafricains qui se sont refugiés au Tchad, au Cameroun, au Soudan du Nord et dans les deux (2) Congo, n’attendent que cette paix pour revenir au Bercail afin de participer à la reconstruction de leur pays. Alors, pourquoi prendre tout un peuple en otage ? Pourquoi faire planer sur leur tête l’épée de Damoclès ? A l’allure où vont les  choses, nous osons croire qu’après les lions, les éléphants, les tigres, les rhinocéros, les hippopotames, pour ne citer que ces animaux sauvages, ce sera le tour des lombrics, des cafards, des caméléons qui titubent, des moustiques qui piquent, des rats dans leur terrier, de brandir leurs réclamations, leurs exigences.

Pensez-vous qu’avec ce rythme la RCA sortira de ce bourbier ? Nous ne le pensons pas. Si les combattants du FPRC déposent les armes au même titre que les combattants des autres groupes politico-militaires, qui vont les traquer, les arrêter ? Ceux qui ont déposé volontairement leurs armes aux Casques Bleus de la Minusca, sont-ils entrain d’être traqués par ces derniers ou par les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ?

Que le FPRC cesse de rouler le peuple centrafricain, le gouvernement et la Communauté Internationale dans la farine. L’heure n’est plus aux réclamations, aux exigences fallacieuses dans le seul but de satisfaire les uns au détriment des autres. Nous sommes tous des Centrafricains. Faisons la paix entre nous. Adoucissons notre cœur et désarmons notre esprit. De grâce, nous  exhortons les leaders du FPRC à s’adhérer au processus DDRR car la crise a trop duré et les étrangers en ont profité pour piller nos richesses du sous-sol. Mettons un point final aux réclamations, aux revendications, aux exigences pour le retour de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

 

Denis LOUGOUSOU-NGOUVENDA

 

 

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :