Skip to content

LE PERSONNEL DU TRESOR ET LES DELEGUES DES RETRAITES CREENT UN RESEAU MAFIEUX ET EXPLOITENT FRAUDULEUSEMENT LES RETRAITES

septembre 9, 2016

tresor-pubic« Toute peine mérite salaire », dit-on. Ce qui ne semble pas être le cas en RCA où les fonctionnaires et agents de l’Etat, une fois admis à la retraite, vivent le cauchemar : famine, maladie, pauvreté, misère, bref la souffrance la plus ordurière à cause de leurs pensions qui ne leur sont pas versées. Certains totalisent aujourd’hui une soixantaine de mois d’arriérés de salaires sur l’Etat centrafricain. Tous les régimes qui se sont succédés à la tête de l’Etat depuis Kolingba, Patassé, Bozizé, Djotodia puis Samba-Panza, n’ont daigné un jour prendre en compte ces pauvres fonctionnaires et agents de l’Etat admis à la retraite. Le Trésor public à l’époque était la cible de toutes les manifestations : grève des étudiants et professeurs vacataires, réclamant le paiement de leurs bourses et frais de vacation, des fonctionnaires et agents de l’Etat, des retraités exigeant les arriérés de salaires et pensions. Or aujourd’hui, le pays s’est doté de nouvelles institutions, démocratiquement élues et qui veulent rompre définitivement avec les vielles habitudes du passé, d`où la rupture prônée par le Chef de l’Etat et son premier ministre pour lutter contre la corruption, la fraude, le vol, le détournement des deniers publics, l’escroquerie, qui minent et gangrènent le pays depuis plus de cinquante (50) ans après l’indépendance.

Malheureusement que les mafieux, les nécessiteux, les profito-situationnistes, bref des gens malhonnêtes avec leurs intérêts égoïstes et personnels, ne cessent de polluer les administrations publiques et privées ainsi que les sociétés d’Etat. C’est le cas du Trésor public, rempli des roublards, des hypocrites, des sangsues qui, avec la complicité des délégués des retraités, créent un réseau mafieux, et exploitent frauduleusement les retraités lors des paiements des arriérés de pensions. Actes déplorés par un cadre retraité du ministère de la Défense qui s’est confié à la rédaction de « Centrafrique Matin », ce mercredi 07 septembre 2016 aux environs de 10 heures. Voici son témoignage : « Le ministre des Finances et du Budget, dès sa prise de fonction a autorisé le paiement des arriérés de pensions. Et ces arriérés de pensions sont versés dans la caisse du Trésor public afin d’être payées aux ayants droits. Malheureusement au niveau du Trésor, les délégués des retraités et le personnel du Trésor créent un réseau mafieux et exploitent frauduleusement les retraités en exigeant des quotes-parts allant de vingt mille (20 000) à soixante mille (60 000) francs CFA sur nos pensions, afin d’être programmées et payées. Le Directeur Technique (DT) du Trésor a mis une affiche sur la porte de son bureau qu’il ne reçoit pas, alors qu’il est tout le temps impliqué dans l’affaire de nos pensions. Nous exhortons le ministre des Finances que nos arriérés de salaires soient désormais versés directement sur nos comptes bancaires car, parmi nous, il n’y a pas de numéraires. Quand le personnel du Trésor et les délégués des retraités vont finir avec les retraités, c’est désormais les cadavres qu’ils vont déterrer pour les exploiter frauduleusement ».

Pourquoi rendre la vie difficile à ces vieux papas et vieilles mamans qui pourtant ont servi loyalement leur pays ? Que vont-ils faire pour percevoir la totalité de leurs arriérés de pensions ? Autant d’interrogations qui dépassent l’entendement humain. Le personnel du Trésor est-il condamné à rester fonctionnaire de l’Etat jusqu’à la fin de sa vie ? Les délégués des retraités peuvent-ils s’hasarder dans de tels actes malhonnêtes pour rendre la vie difficile à leurs propres frères et sœurs retraités ? Il est certes vrai que le mal centrafricain, c’est le Centrafricain lui-même. La méchanceté, la mauvaise foi, la haine, la jalousie, sont le lot au quotidien dans les administrations publiques et privées ainsi que les sociétés d’Etat. Ceux qui occupent des hautes fonctions de l’Etat se croient être des dieux sur terre et font la grande virgule dans le dos des plus misérables. Pour une virgule, un cachet, voire une signature, c’est tirer le diable par la queue. Car à chaque étape, il faut donner un billet de mille (1000) ou deux (2000) FCFA. C’est de cette manière que certains ministres, Directeurs Généraux (DG), Directeurs de cabinet (Dircab) pour ne citer que ceux-là sont devenus des riches, en construisant des villas, en acquérant des voitures de luxe.

« Un bien mal acquis ne profite jamais ». Le personnel du Trésor et les délégués des retraités jouent au ridicule et gagnent de l’argent sale qui ne leur sera jamais profitable. « Tout se paie ici bas », déclare la bible. C’est autant dire que tôt ou tard, ils vont payer le pot cassé de leurs actes commis sur ces pauvres retraités, car « à chacun son tour chez le coiffeur ». Tout porte à croire que, les vieilles habitudes sont encore loin d’être éradiquées dans les administrations publiques et privées ainsi que les sociétés d’Etat en RCA, à l’allure où vont les choses. Dommage !

 

Bénistant MBALLA

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :