Skip to content

LA PARTITION DU PAYS : HAUTE PREOCCUPATION DU TCHAD POUR UNE HISTOIRE D’EAU ET NOURREDINE ADAM EN EST LE PION CENTRAL  

septembre 14, 2016

 

L’implication du Tchad à travers le président Déby ne fait plus l’ombre d’un doute. Et pourtant, il y a une commission du Bassin du Lac Tchad, pour réfléchir sur cet aspect. L’argent du pétrole est destiné à répondre aux attentes du peuple tchadien. Malheureusement, le rêve de suprématie, de grandeur, de super puissance africaine, absorbe toutes les ressources au profit de l’armée, de l’armement, de la course à la confirmation de la puissance militaire. Le feu colonel Kadhafi, avant de jouer un rôle prépondérant sur le continent et dans le monde, a d’abord répondu aux attentes du peuple libyen : création d’un lac artificiel dans le désert. Le Royaume du Maroc alimente le Sahara marocain à partir de la mer dont une machine transforme en eau douce dans les robinets et autres usages en plein désert. Ce n’est donc pas la partition de la RCA qui est la solution d’eau au Tchad. Le ridicule est que le Tchad en termes de superficie, est deux (2) fois plus vaste que la RCA.

Nourredine Adam est devenu un navetteur entre le Tchad et la RCA. La crise est purement centrafricaine, pour ne pas dire centrafricano-centrafricaine. La bavure de l’OUA, aujourd’hui Union Africaine (UA), à propos du Sahara marocain, continue de faire tache d’huile. La RCA n’a jamais convoité les richesses pétrolières du Tchad, malgré une crise apocalyptique. Le Tchad est un Etat voisin et nos relations doivent s’inscrire dans la perspective du bon voisinage, tel le cas avec le Cameroun, la RD-Congo, le Congo-Brazzaville, les Soudan du Nord et du Sud. La République du Tchad s’affiche de plus en plus comme base arrière pour Nourredine Adam et ses hommes. Ils vont et reviennent comme bon leur semble. L’attitude du Tchad est une ingratitude de haute facture. Tous les opposants au régime de Déby ont été traqués sur le sol centrafricain et transférés au Tchad. Beaucoup ont intégré les ex-Séléka et beaucoup aussi, ont été épinglés par l’armée tchadienne dans l’ombre.

Comment expliquer la liberté totale de Nourredine Adam d’aller et venir entre le Tchad et la RCA ? Lorsque Nourredine voulait hisser son drapeau à Ndélé et qu’il a provoqué la foudre de la Minusca, il a fui au Tchad. Mais, comme le criminel revient toujours sur le lieu de son crime, Nourredine Adam revient à Ndélé sur la pointe des pieds avec la bénédiction du Tchad et du président Idriss Déby Itno. Le Tchad, de surcroît, a fermé unilatéralement sa frontière avec la RCA et ce, de manière officielle. La frontière est contrôlée par l’armée nationale. L’absurde, c’est qu’un sous-préfet a été retenu au Tchad par l’armée nationale pendant plusieurs mois. Seuls les Centrafricains n’ont pas le droit de franchir la frontière. Mais les ex-Séléka vont et viennent comme sur un boulevard grand ouvert. A quel jeu joue le Tchad ? Le Soudan du Nord soutient ouvertement les nouvelles autorités dans la recherche de la paix. Pourquoi le Tchad cherche noise à la RCA ? N’est-ce pas abuser de la faiblesse d’un Etat ? Le président Idriss Déby Itno n’a-t-il pas cherché en plein midi, une entente avec le Soudan du Nord qui servait de base-arrière aux rebellions tchadiennes ? Faut-il faire aux autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous le fasse ? Le Tchad demeure la grande inconnue de l’équation sécuritaire qui donne du fil à retordre au régime Touadéra.

A cela s’ajoutent les incursions des groupes armés venus du Tchad, les éleveurs mbarara, les peulhs, la transhumance, les incendies de villages, les tueries et que savons-nous encore ? La frontière tchado-centrafricaine est la plus meurtrière pour les Centrafricains sur leur propre territoire. Tous les malheurs des Centrafricains viennent du Tchad, n’est-ce pas un peu trop ? Le représentant du Tchad dans le Groupe International de Soutien, vient donner des leçons aux Centrafricains alors qu’en même temps, le Tchad tire les ficelles de la crise, une hypocrisie ordurière, exécrable. La RCA n’a jamais servi de base-arrière aux différentes rebellions tchadiennes. Tous les opposants, à l’exemple de Baba-Laddé, qui ont trouvé refuge en RCA, ont été remis officiellement au gouvernement tchadien. C’est le dernier cas en date. Pourquoi le Tchad nous paie en monnaie de singe, en entretenant la crise, alors que les Centrafricains sont fatigués, épuisés et n’aspirent qu’à la paix ?

La CEMAC, la CEEAC, la CENSAD, l’Union Africaine, le Tchad et la RCA sont impliqués dans la résolution de la crise. Pourquoi attiser la braise qui couve en Centrafrique ? L’intégration régionale et sous régionale a du plomb dans l’aile en Afrique Centrale à cause des fourberies, de l’hypocrisie, de la bassesse de ses dirigeants. L’Afrique de l’Ouest est aujourd’hui largement en avance parce que chaque pays s’efforce de remplir les conditions d’une intégration réussie. En Afrique Centrale, il faut écraser son voisin, marcher sur les crânes de la population, convoiter ses richesses, nuire à ses efforts de développement. Officiellement, on joue au voisin secouriste, mais officieusement on s’érige en bourreau, en boldo tueur, en industrie de nuisance. Le Tchad a volé au secours du Nigéria et du Cameroun dans la lutte contre le terrorisme. La même attitude doit prévaloir dans la crise centrafricaine, afin que les Centrafricains puissent voir le bout du tunnel. Mais hélas, tel ne semble pas être le cas.

Sur 12 ou 13 groupes armés, dix (10) se sont engagés pour le processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). Seuls Nourredine Adam et le FPRC, confortés par le Tchad où il va recueillir les instructions, torpillent le processus de paix. Les populations de Kaga-Bondoro, de Bria, de Bambari et surtout Birao chef de file, s’opposent farouchement à la violence et à la partition et ne veulent que la paix, la paix, rien que la paix, comme tout le reste du pays. Hitler et les nazis ont été vaincus, à plus forte raison une vermine qui s’agite. La loi de la majorité triomphe toujours sur les forces aveugles, les forces du mal … et pourtant le Tchad évoque une force tripartite Tchad-Centrafrique-Soudan pour garantir les frontières contre les groupes armés.

 

Julien BELA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :