Skip to content

CHANGEMENT CLIMATIQUE : A LA UNE DES MEDIAS

septembre 15, 2016

 

La presse ou la télévision font, de façon quotidienne, référence au changement climatique, citent des rapports comme ceux de Nicholas Stern ou du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution Climatique (GIEC).

Nul n’ignore désormais que la température du globe augmente vraisemblablement en raison des émissions de gaz carbonique (CO2) résultant de la combustion de charbon, de pétrole et de gaz, et que si rien n’est fait pour réduire ces émissions, les conséquences pour l’humanité peuvent être sensibles pour certains, catastrophiques pour d’autres. Cette proposition simple ne doit cependant cacher ni les incertitudes scientifiques qui subsistent, ni la complexité des phénomènes, sociaux, et politiques.

Jusqu’à une date récente, le climat avait pour la plupart d’entre nous, deux caractéristiques contradictoires : il était d’une part immuable et pérenne depuis la fin de la dernière glaciation et d’autre part, variable et instable, faisant  succéder de manière irrégulière, pluie et sècheresse, chaleur et froid.

Les scientifiques disposent désormais d’informations sur le climat et l’atmosphère terrestre depuis l’apparition des 1ers fossiles, il y a 3,5 milliards d’années.

Les variations du climat sont dues à la fois à des oscillations dans la dynamique astronomique du globe terrestre et à des relations entre le climat et l’évolution du système vivant. Par exemple, les chercheurs ont pu tracer des courbes donnant depuis environ 600 millions d’années, les trajectoires des teneurs de l’atmosphère en gaz carbonique et en oxygène. Le  climat actuel règne depuis environ 10.000 ans. Il s’est établi 8000 ans avant Jésus-Christ, après la fin de la dernière glaciation (jusqu’à ce jour).

En ce qui concerne le climat actuel, la science décrit avec précision ce que deviennent les 342 watts par m² que le globe reçoit des radiations solaires : une partie est réémise vers le soleil par les nuages avant d’atteindre le sol, une autre est absorbée par la surface de la terre, une autre encore est réémise de la terre vers les gaz de l’atmosphère qui en renvoient à leur tour une fraction sur le sol. En simplifiant beaucoup, c’est ce dernier phénomène qui a reçu le nom d’effet de serre. Au titre des gaz qui participent à l’effet de serre, figurent la vapeur d’eau qui, à elle seule, réchauffe actuellement la terre de 20,6 degrés, le gaz carbonique dont l’impact est de 7,2 degrés et d’autres gaz.

Beaucoup voient dans ce réchauffement la cause de la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes.

Aymeric V

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :