Skip to content

DETOURNEMENTS DE L’AIDE HUMANITAIRE PAR LES AUTORITES ALGERIENNES ET SAHRAOUIES DANS LES CAMPS DE TINDOUF

septembre 16, 2016

L’Office Européen de Lutte Antifraude (OLAF) a étalé au grand jour les détournements flagrants par les autorités algériennes et Sahraouies de fonds alloués par l’Union Européenne à l’aide humanitaire dans les camps de Tindouf. L’Audit de la Commission de Contrôle budgétaire (CONT) de juillet 2015 a, de son côté, révélé qu’en parallèle à ces pratiques frauduleuses, honteuses et humiliantes, le gouvernement algérien a poussé le ridicule à son comble, en imposant une taxe de 5% sur les 10 millions d’euros d’aide humanitaire, versés annuellement par l’UE aux camps de Tindouf, suscitant la consternation au sein du Parlement européen. Or, les eurodéputés sont extrêmement tatillons quant à la nécessité d’une gestion transparente optimale des deniers des contribuables européens.

Mr Stylianides, commissaire européen à l’aide humanitaire et à la réaction aux crises, a été interpelé par un groupe d’eurodéputés sur la question. Dans sa réponse en date du 09 août 2016, il a tenu à préciser « que tous les achats destinés à être distribués sous forme de dons aux réfugiés sahraouis sur le territoire algérien, étaient jusqu’à l’année 2016 encore soumis à la TVA imposée par les autorités algériennes ».

La Commission et l’Agence Espagnole de Développement ont mené des démarches conjointes durant douze ans, en 2004, pour tenter de récupérer la TVA sur les achats locaux dans le cadre des projets humanitaires. Le ministère algérien de Finances a, enfin, consenti et a donné des instructions aux services fiscaux pour considérer les dons destinés aux réfugiés sahraouis comme exonérés de la TVA, à la seule condition exclusive de passer par le Croissant Rouge algérien.

Selon les évaluations du Commissaire européen, un million d’euros, c’est le montant de la TVA payé sur les achats locaux de marchandises destinées aux réfugiés sahraouis entre 2010 et 2014, soit une moyenne de 200.000 euros par an, ce qui équivaut à 2% du montant annuel de l’aide fournie par l’Union Européenne. Les Camps de Tindouf constituent à la fois une vache à lait pour l’Algérie, mais également une plaque tournante des narcotrafiquants internationaux dans le vaste ensemble géographique sahelo-saharien, mis à sac pour les groupes terroristes, d’où la nécessité d’une mobilisation régionale et sous régionale pour endiguer ces fléaux.

 

Julien BELA

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :