Skip to content

QUE PEUVENT GAGNER LE CITOYEN LAMBDA ET LES JEUNES AVEC LE DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE ?

septembre 16, 2016

 

Certains pays au monde, tant en Asie, en Amérique latine et qu’en Afrique, les jeunes et les citoyens ordinaires ont beaucoup gagné avec le dividende démographique. Dans notre précédente parution, nous vous avons déjà tenu en haleine sur ces pays qui ont mis en pratique le dividende démographique. Les jeunes dans ces Etats sont entrain de réussir. Le chômage endémique en milieu jeune baisse. Le taux de scolarité des filles augmente. La fécondité décroit aussi. Et ce sont les jeunes et les citoyens lambda qui sont les gros bénéficiaires. En voici ce que gagne cette  catégorie de personnes :

Le jeune a plus d’opportunités d’éducation et d’emploi ; sa santé est mieux assurée ; la fille accède à l’éducation comme le garçon, évite les grossesses précoces et multiple qui compromettent son avenir et les pratiques néfastes comme le mariage forcé des adolescentes avec les vieux et les vieillards ; la femme gagne en autonomie et participe davantage à la prise de décision et à la vie économique et sociale de son pays ; le travailleur a des opportunités d’emplois décents et dépense moins dans l’entretien d’une famille nombreuse ; il peut alors épargner (faire des économies) et mieux préparer ses vieux jours (sa retraite) ; l’entrepreneur dispose d’un capital humain compétent, en bonne santé et plus productif.

Chaque citoyen peut aussi contribuer à la réalisation du dividende démographique (DD) en adoptant les attitudes et comportements suivants, selon sa place dans la société : rester en bonne santé en adoptant des pratiques qui protègent sa santé, y compris la santé sexuelle et reproductive ; planifier les naissances en décidant du nombre d’enfants dont il peut s’occuper et leur espacement ; se former à travers l’école, l’alphabétisation, l’apprentissage d’un métier et le perfectionnement permanent ; travailler pour gagner sa vie, créer des emplois, épargner et investir une partie de son revenu, assurer la santé des personnes à sa charge ; scolariser ses enfants, filles comme garçons, et leur faire apprendre un métier ; pratiquer et promouvoir l’égalité des sexes et combattre les violences faites aux femmes comme le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines. Contribuer à et/ou influencer la bonne gouvernance à tous les niveaux de la société.

Mais que perçoivent ou gagnent concrètement  les jeunes avec le dividende démographique ? Les jeunes de 10 à 24 ans sont estimés à 300 millions en Afrique subsaharienne. Dans son rapport, « l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne », publié le 27 janvier 2014, la Banque Mondiale souligne la nécessité pour l’Afrique subsaharienne de créer des emplois productifs et bien rémunérés pour ses jeunes. Elle devra accueillir chaque année, onze (11) millions de jeunes sur le marché du travail.

En l’absence d’investissements appropriés consentis aujourd’hui dans la jeunesse afin de la préparer pour l’avenir, les difficultés de répondre aux besoins d’une population de plus en plus nombreuse, ne feront que croître. Le manque de travail décent pour les jeunes débouche souvent sur des frustrations qui ont parfois contribué à des remous sociaux ou à des migrations sauvages. En effet, les recherches ont permis de constater l’existence de corrélations entre une forte proportion de jeunes de 15 à 29 ans au sein de la population et une incidence accrue des conflits civils ou des flambées de violence faisant chacun au moins 25 morts dans les pays considérés. Cette corrélation ne démontre pas l’existence d’un lien de causalité, mais indique, aux jeux des chercheurs, que la société doit intensifier ses efforts en vue d’accroître les opportunités offertes aux jeunes dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, des moyens d’existence et de l’engagement politique (UNFPA, SWOP 2014).

Le Directeur exécutif de l’UNFPA montre clairement la voie à suivre : « Nous savons que des jeunes en bonne santé, instruits, productifs et pleinement engagés, peuvent aider à briser le cycle de la pauvreté intergénérationnelle. Et ils font preuve de plus de résilience face aux défis qui se posent à l’individu et à la société. En tant que citoyens bien qualifiés et informés, ils peuvent apporter une plus riche contribution à leurs communautés et nations ».

Donc la réalisation du dividende démographique exige des investissements importants sur les jeunes : santé, éducation, formation et accès à l’emploi décent ou aux moyens de production. Chers parents centrafricains, au lieu de continuer à mettre trop d’enfants au monde, il est temps de s’arrêter et d’investir dans l’éducation de nos enfants, filles et garçons qui sont aujourd’hui majeurs et qui ne peuvent se prendre en charge eux-mêmes. Vous avez suivi de long en large, ce que peuvent gagner les jeunes et les citoyens ordinaires avec le dividende démographique. Nous devons tous aider nos jeunes dans leur santé, leur éducation, leur formation et leur accès à l’emploi décent et aux moyens de production. Pour cela, la bonne gouvernance et la bonne politique du gouvernement envers les jeunes doivent être mises en œuvre.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :