Skip to content

INVESTIR EST UN CALVAIRE EN RCA ET TOUADERA EST DANS UN SAC A CRABES ». S’IL REUSSIT CE PROJET, NOUS N’AURONS PAS D’ARGUMENTS DE CAMPAGNE EN 2020 ».

septembre 20, 2016

Ceux qui se sont bousculés à la porte de Touadéra, « nous t’avons soutenu au second tour », deviennent des épines dans sa paire de souliers. Les investisseurs qui se pointent, doivent passer par les départements concernés par le projet pour la procédure. Malheureusement les ministres n’aiment véritablement pas ce pays. Les rivaux de Touadéra se sont engouffrés dans les postes ministériels pour l’étouffer, décourager et démoraliser les investisseurs. Et pourtant, c’est la RCA qui est bénéficiaire des résultats du projet. Certains ministres ne voient pas leur pays, mais, un individu qui s’appelle Touadéra. Mais Touadéra ne peut pas tout faire à leur place. Cette mentalité est tristement célèbre et couronne l’hypocrisie des cadres et hommes politiques centrafricains. Ils sont connus et identifiés comme tels, avec leurs étiquettes de saboteurs.

La mauvaise foi, la haine, la jalousie empêchent la RCA de sortir de la misère. Et les choses doivent demeurer en l’état jusqu’à ce que, ceux qui ont la baguette magique, arrivent au pouvoir en 2020. Il faut mettre les bâtons dans les roues de Touadéra pour qu’il échoue comme les autres. Ainsi, ses adversaires auront des arguments solides pour le battre. Et nous comprenons que le dossier sécuritaire avance difficilement, parce qu’il y a des mains invisibles derrière. Touadéra doit donner un grand coup de balai autour de lui, car les saboteurs sont désormais connus. Un dossier des investisseurs dont le chef de l’Etat a instruit directement, tourne en rond. Les partenaires sont devenus un ballon de ping-pong. Tantôt, certains se cachent derrière le FMI, pour décourager et démotiver les partenaires au développement. Ils sont tous connus. Et demain, ce sont les mêmes personnes qui vont traiter Touadéra de méchant, oubliant leur travail de sabotage et de mépris de tout ce qui peut améliorer le sort de la population centrafricaine.

C’est bien Touadéra qui signe les décrets. Personne ne veut faciliter la procédure aux investisseurs. Si vous ne voulez pas appliquer les instructions de Touadéra, autant démissionner du gouvernement. Mais être dans le régime Touadéra et lui faire des virgules dans le dos, c’est inhumain, c’est criminel, puisque le projet va faire le bonheur de tous les Centrafricains. Les fonctionnaires de l’Etat seront les privilégiés. En plus, le projet donne du travail à des milliers de jeunes centrafricains, afin de résorber le chômage endémique. Certains ministres s’y opposent, préférant maintenir la jeunesse dans la misère, dans le chômage. Dans notre prochaine édition, si le dossier n’évolue pas, nous allons citer les départements ministériels qui s’opposent au bien-être de la jeunesse centrafricaine. Les jeunes iront les voir pour leur demander des comptes.

Le problème de taux d’intérêt est-il comparable à ces milliards de dettes qui n’ont jamais profité au pays ? Le Centrafricain est un loup pour le Centrafricain et nous ne pouvons avancer, progresser. Un ministre peut-il vraiment dire « Si Touadéra réussit ce projet, nous ne pouvons pas le battre en 2020 ». Pourquoi être dans le gouvernement pour tirer Touadéra vers le bas ? Aucun Chef d’Etat ne doit-il réussir à faire bouger les lignes en RCA ? Faut-il entrer dans le gouvernement pour miner tous les efforts de l’intérieur ? Dieu déteste les hypocrites, les orgueilleux, les fourbes mais il fait grâce aux humbles. Dieu seul guidera les pas de Touadéra dans le sac à crabes où il se trouve. C’est l’inconvénient de prendre ses rivaux en surnombre dans le gouvernement. Ils deviennent les prophètes de malheur au sein d’un régime qui leur a tendu une main fraternelle. Touadéra doit rechercher les hommes et les femmes qui veulent développer leur pays. Les sous-marins doivent regagner leur camp et attendre 2020.

Les gens font les pieds de grue, pour être nommés ministres et se retournent contre leur propre pays. La RCA est unique en son genre. Les investisseurs viennent pour un pays qui a des potentialités et qui offre des opportunités. Feu président Patassé, puis les déchus présidents Bozizé et Djotodia et Catherine Samba-Panza, le pays a maigri de 80 Kg sur 100. Si les investisseurs doivent venir, est-il pour aider la RCA ou pour aider Touadéra ? La jeunesse centrafricaine réclame du travail et des cadres repoussent le travail, chassent les investisseurs, les bailleurs de fonds par des comportements exécrables. Soit on demande de l’argent pour un document, une signature, un cachet, et que savons-nous encore ? C’est triste, ce qui se passe dans le gouvernement de Mathieu-Simplice Sarandji et de Faustin-Archange Touadéra. Pour un document qu’on peut obtenir en dix (10) minutes, les partenaires vont moisir pendant trois, six, dix mois dans les hôtels, dépensant au-delà de leur prévision et de leur séjour en Centrafrique. Trop, c’est trop et Touadéra doit faire un nettoyage à sec après Bruxelles pour donner une chance aux investisseurs, aux bailleurs de fonds, de choisir la destination de Bangui en RCA pour faire les affaires. Le climat des affaires est pollué par les ministres de la République. Il y a urgence en la demeure.

 

Julien BELA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :