Skip to content

RCA : COMMENT FAIRE POUR REMEDIER AUX LAXISMES CHRONIQUES DANS LE TRAVAIL ?

septembre 20, 2016

Le travail, seul le travail reste et demeure l’unique moyen qui donne la dignité, la liberté et le respect à la personne humaine. C’est ainsi l’unique moyen qui épargne toute une nation de la dépendance totale des autres nations du monde, comme c’est l’actuel cas de notre pays la RCA. Et ce, après cinquante six (56) ans de son accession à l’indépendance. Malheureusement, le peuple centrafricain n’a rien compris de la signification profonde du mot travail. D’où le laxisme chronique dans le travail, constaté presque dans tous les domaines de la vie active. Et les « mêmes faits produisant les mêmes effets ». Incroyable, mais pourtant vrai. Dans ce cas de piètre figure, comment le pays peut-il émerger dans le domaine socio-économique ?

Pire encore, certaines régions du pays, depuis l’instauration du projet Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) en 2008, sous le régime du déchu président François Bozizé, sont sous la coupe réglée des groupes armés et autres malfrats. Ces derniers tuent des populations civiles, font fuir les populations vulnérables, incendient des maisons, des villages, des greniers et les survivants de ces régions ravagées sont laissés pour leur compte. Et tout ceci, pour créer la psychose au sein des populations civiles. Et une assistance humanitaire est vite mise en œuvre pour apaiser les esprits des victimes. Mais pour combien de temps ? La tendance à la criminalité et à l’impunité devient un nouveau mode de vie du peuple centrafricain, à travers le recours aux armes. Dix (10) ans après, cela recommence de plus belle avec des armes plus sophistiquées et destructives, détenues par la nébuleuse coalition Séléka. Diantre ! « On ne peut construire un pays par les armes », a-t-on l’habitude de dire.

Pourtant, le visionnaire, feu président Barthélémy Boganda, paix à son âme, disait le 03 mars 1947 ceci : « le travail a été et restera le plus puissant levier de la civilisation et de la morale.

La valeur d’un peuple se mesure à l’intensité de l’effort dont il est capable. C’est l’une des voies de la socialisation des individus. Il doit être libre, reconnu, valorisé et rémunéré ». Mais soixante neuf (69) ans après, l’histoire des faits a donné aujourd’hui raison à Barthélémy Boganda. Car, la RCA est le dernier pays de la sous-région CEMAC, dans tous les domaines de la vie active. Et ce, par rapport au laxisme du peuple centrafricain au travail. A qui la faute ? Gouvernants et gouvernés, tous, prenons conscience de la situation chaotique actuelle dans laquelle se trouve notre pays, et mettons-nous résolument au travail, rien qu’au travail pour le libérer du joug de la dépendance totale de l’extérieur. C’est en agissant ainsi que le peuple centrafricain va avoir sa dignité dans le concert des Nations.

Le Petit YEKOA

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :