Skip to content

PRESENCE DU MINISTRE JEAN-SERGE BOKASSA A KAGA-BANDORO ET DEMANTELEMENT DES BARRIERES ILLEGALES : LA MINUSCA JOUE-T-ELLE AU MEDECIN APRES LA MORT ?

septembre 23, 2016

 

Selon un habitant de la ville de Kaga-Bandoro, chef lieu de la préfecture de la Nana-Gribizi, que nous avions joint au téléphone, le mercredi 21 septembre 2016, aux environs de 17 heures et qui a requis l’anonymat témoigne, « depuis l’arrivée du ministre de la Sécurité Publique et de l’Administration du Territoire, Jean-Serge Bokassa, à la tête d’une forte délégation, composée des Forces de Défense et de Sécurité Intérieures, ainsi que du contingent gabonais de la Minusca, dans cette ville le mardi 20 septembre, la tension a baissé d’un cran, et un calme précaire y règne. Et ce, après les violents affrontements armés et meurtriers opposant les Séléka aux Anti-Balaka dans le village Ndomété, situé à 10 Km de Kaga-Bandoro sur l’axe Sibut. Des Anti-Balaka en provenance de la localité de Bouca dans l’Ouham, sont venus renforcer la position de leurs compagnons d’armes à Ndomété. Les forces de défense et de sécurité intérieures, appuyées par le contingent gabonais de la Minusca, avaient procédé au démantèlement des barrières illégales érigées ça et là, tout le long de l’axe routier menant à Kaga-Bandoro ».

Fort de ce constat amer, nul n’ignore que la ville de Kaga-Bandoro est l’un des bastions et l’une des bases arrières des mille et une (1001) factions de la nébuleuse ex-coalition Séléka. Et à leurs côtés, il y a aussi la présence des combattants Anti-Balaka. De ce fait, la ville de Kaga-Bandoro et ses environs, devraient faire l’objet de dispositions sécuritaires rigoureuses et spécifiques de la part de la Minusca. Et ce, pour protéger les civils et éviter en amont, d’éventuels affrontements armés entre les deux (2) protagonistes (Séléka et Anti-Balaka) de la crise centrafricaine. Somme toute, ce sont les paisibles et innocentes populations civiles qui sont les principales victimes de ces affrontements armés. Malheureusement, tel ne semble pas être le cas avec les différents contingents des Casques Bleus de la Minusca basés à Kaga-Bandoro. Il a fallu toujours attendre que les civils soient massacrés par ces groupes armés non conventionnels, pour que les Casques Bleus de la Minusca interviennent tardivement sur le théâtre des opérations. Mais pour faire quoi concrètement ?

Dans la mesure où l’on sait que c’est le même scénario qui se produit et se répète en cas d’affrontements armés, tant à Bangui la capitale, qu’à Bambari, Kouango, Kouki, et que savons-nous encore ? Faille-t-il toujours laisser le crime se perpétuer, se développer, pour intervenir ou constater ses dégâts incalculables, mais surtout prévisibles ? Cela dépasse tout entendement humain. Raison pour laquelle, nous osons dire que la Minusca est venue jouer au médecin après la mort et non pour protéger le peuple centrafricain. C’est bien dommage pour la sécurité et la paix d’ici demain en RCA.             Le Petit YEKOA  

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :