Skip to content

DOLOGUE : « TOUADERA N’A RIEN FAIT ». NGUEREKATA : «  LA TACHE EST DIFFICILE, TOUADERA N’A PAS D’ARMEE ». 02 VERSIONS DIAMETRALEMENT OPPOSEES

septembre 26, 2016

 

dologuele-et-nguerekataDeux (2) anciens candidats à la présidentielle de 2015, ont rompu le silence. Anicet-Georges Dologuélé (AGD) du parti URCA, et Gaston Mandata-Nguerékata du parti PARC. AGD a versé dans le populisme, ruminant encore son échec cuisant. Depuis l’investiture à ce jour, AGD n’a pas bougé de Bangui. Il suit régulièrement ce qui se fait à la Présidence, au sein du gouvernement et à l’Assemblée Nationale. Son intervention dans un organe international est dénuée de tout fondement. Il y transpire la haine, la rancœur, la jalousie. Il manque totalement d’objectivité et c’est la caractéristique essentielle du politique centrafricain. « L’union sacrée » de Touadéra à ses frères pour un front commun contre l’insécurité et pour la paix, est perçue autrement par les uns et les autres. Si la classe politique préfère se barricader derrière son orgueil, Touadéra en fait des pieds et de mains pour ses compatriotes. Depuis son investiture, il a gardé et maintenu le cap, à savoir le dialogue et la non violence. Ceux qui ont un brin de patriotisme, en principe observent, relèvent les points de faiblesse et font des propositions.

Gaston Mandata-Nguérékata est reparti aux Etats-Unis après l’investiture. Il est revenu au bercail. En toute objectivité, il reconnait que « la tâche est difficile. Touadéra n’a pas d’armée. Touadéra ne peut pas opérer un miracle ». C’est une approche objective digne d’un homme politique de son rang. Nguérékata ajoute en plus, « nous devons l’aider, lui dire ce qui ne marche pas. Nous devons l’interpeler et lui faire des propositions … ». Voilà ce qui manque à la Société civile et à certains hommes politiques centrafricains. La classe politique est orgueilleuse, hypocrite, fourbe, louche, médiocre, incapable de percevoir l’intérêt supérieur de la RCA, de vraies têtes de turque. Aucun sursaut patriotique depuis les multiples crises en 1996 à ce jour. Ils sont nains d’esprit, mais experts en art des virgules dans le dos, des acrobaties lugubres et sataniques. La classe politique et la société civile n’aiment nullement leur pays, ce sont des extraterrestres. Le Centrafricain est fertile en critique, nul en initiative et en action. Alors que tous ont un représentant dans ce gouvernement.

Nguérékata est patriote. Il est pragmatique et veut contribuer en tant que ce qu’il est, à la sortie du pays de la crise. Cependant, Dologuélé est véritablement aigri, véritable assoiffé de pouvoir, qui a du mal à se tourner vers l’avenir. La coïncidence n’est pas fortuite. C’est Dieu qui a voulu confondre les deux (2) points de vue de deux (2) candidats à la dernière élection présidentielle de 2015 : Dologuélé, ultra subjectif, est l’homme des miracles, des baguettes magiques, l’omniscient, malgré son sombre passé. « L’humilité précède la gloire » et Gaston Mandata-Nguéréka est la trompe de Touadéra, curieusement, tous les deux sont des sommités mathématiques. Et nous savons que les mathématiques gouvernent le monde aujourd’hui. Même les innovations, les nouvelles technologies sortent de l’empire des mathématiques. Deux sommités mathématiques, l’Université de Bangui, notamment la Faculté des Sciences est honorée. Nous espérons que Nguérékata est définitivement revenu au bercail, pour compléter Touadéra qui, bien que Chef d’Etat, dispense toujours ses cours. Gaston Mandata-Nguérékata doit penser à ses cadets qui ont besoin d’un bon bagage mathématique, car l’avenir se compose en mathématiques.

Certains candidats à la présidentielle se cramponnent sur les victimes, versent des larmes de crocodiles sur les victimes et les populations déplacées et en exil. Et pourtant, la liste des victimes continue de s’allonger. Les vagues des populations déplacées et celles en exil augmentent à Kouango, Koui, Kaga-Bandoro. Les hommes politiques centrafricains sont en grande majorité, des aventuriers qui n’aiment pas leur pays. La paix et la sécurité ne sont pas une affaire du gouvernement et de la Minusca seuls. Il en est de même de la Société civile qui n’existe que de nom. Chaque ONG, chaque association, chaque groupe, campe sur ses intérêts égoïstes. C’est le pays et sa population qui en souffrent. Comment comprendre que Touadéra soit seul dans la recherche de la paix et de la sécurité ? Où sont les partis politiques et la société civile ?

Pour Gaston Mandata-Nguérékata qui a les pieds sur terre, la tête sur les épaules, la tâche est difficile, il n’y a pas de miracle, il n’y a pas d’armée. Il faut aider Touadéra dans la noble mission de recherche de la paix pour tous les Centrafricains, où qu’ils se trouvent. Trois (3) groupes armés seulement, le FPRC, le MPC et le RPRC jouent les récalcitrants, et les partis politiques et la société civile ne peuvent s’unir pour explorer des pistes de solution, c’est grave. Le grand banditisme à Bangui, les braquages, les agressions à mains armées, sont monnaies courantes. La police centrafricaine est dans une situation de sous-effectif. Il y a beaucoup plus d’auxiliaires de police que de vrais policiers formés, capables de traquer les grands bandits. Les moyens de travail sont rudimentaires et insuffisants, d’où l’inefficacité des Forces de sécurité. Touadéra, le ministre de la Défense et celui de la Sécurité sont devant un fait accompli, la déconfiture généralisée des Forces de Défense et de Sécurité de la RCA. Au même titre que les Forces Armées Centrafricaines (FACA), il faut aussi réformer de fond en comble la gendarmerie et la police. Ce qui est déjà en chantier, malheureusement, il faut du temps pour remettre sur pied et de manière Républicaine les forces de sécurité.

Cependant, il y a de l’autre côté l’économie et le social qui sont conditionnés par la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. C’est pourquoi, jusqu’à la date d’aujourd’hui, la priorité des priorités demeure la recherche de la paix, de la sécurité, qui ouvre la voie à la réconciliation nationale et enfin à la cohésion sociale. Tous les Centrafricains à divers niveaux, doivent se mobiliser pour réfléchir, chercher des solutions idoines, pour un vivre ensemble harmonieux. Les Centrafricains n’ont pas encore compris que l’« Union fait la force ».

« Unis, nous vaincrons », disent les syndicalistes. L’union sacrée évoquée par Touadéra, n’est qu’un canevas. Il revient à la classe politique et à la société civile de se mobiliser, d’établir une feuille de route et de devenir une force de proposition, de médiation, de recadrage de l’avancée vers la paix. La paix concerne tous les  cinq (5) millions des Centrafricains sur le territoire national, y compris la classe politique et la société civile. Car, nous assistons à des actions disparates, mal coordonnées, des déclarations sur fond de haine à l’emporte pièce, mettant en exergue la division, le sectarisme, l’orgueil mal placé, la jalousie. Le spectacle qu’offre la classe politique est désolant et fragilise tous les efforts de paix. La classe politique est bizarre, inculte, nulle, incapable d’un sursaut patriotique et de taire les divergences, voire les rancœurs. Aucun effort substantiel au plan national pour juguler la crise. Comme des veuves, la classe politique, la société civile passent le clair de leur temps à larmoyer, à gémir, à hurler au nom de la Minusca. « Aides-toi et le ciel t’aidera », dit-on. «Aidez-nous à vous aider », n’a cessé de clamer la Communauté internationale. Malheureusement, la culture politique, si nécessaire en pareille circonstance , fait cruellement défaut en Centrafrique. Ce n’est pas le pays qui prime, encore moins, le peuple centrafricain. La cible, c’est Touadéra. Le mal, c’est Touadéra. Tout est Touadéra et rien d’autre. La nation passe au second plan, reléguée  au dernier rang des soucis de la classe politique et de la société civile. La misère morale, politique, intellectuelle et civique est la cause des malheurs de la RCA.

Julien BELA  

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :