Skip to content

TOUADERA EST-IL UN MOUCHOIR A JETER, DES ORDURES DE LA PLANETE ? UN GENERAL PEUHL, SIDIKI SE DIT INVITE DE TOUADERA, MAIS S’ATTAQUE A LA POPULATION A BOCARANGA

septembre 27, 2016

Un pays qui n’a pas d’armée est souillé par toutes les vermines du continent. La sous-région Afrique Centrale sait que la RCA n’a pas d’armée pour parer à toutes éventualités. Les Camerounais en profitent pour grignoter notre territoire. Les damnés de la terre de tout poils s’adonnent à cœur joie aux incendies des maisons, aux tueries et aux destructions de tout genre. Touadéra est-il devenu un mouchoir de tous les criminels, de tous les croque-morts ? Le général Sidiki vient jouer sa partition sanguinaire, sur invitation de Touadéra. Peut-on inviter un loup dans la bergerie ? Cela rejoint les manipulations dont nous parlions dans une précédente édition. Touadéra est la cible de certains candidats malheureux des groupes armés, mais en même temps, les manipulateurs veulent croire que, le même Touadéra compose avec les milices et maintenant, il invite un général peuhl à venir détruire le pays.

Le tribalisme exacerbé, la politisation éhontée, la suppression du champ de tirs aux soldats pour s’entraîner, voilà où Bozizé père et fils ont conduit l’armée. Bizarrement, ils veulent revenir au pouvoir. Peut-être que la destruction du pays n’a pas encore atteint le seuil qu’ils souhaitaient et ils veulent l’enfoncer davantage. « Il ne faut pas détruire ce que l’on ne peut pas construire », ont chanté les artistes musiciens centrafricains. Malheureusement, la classe politique se cache derrière le doigt de la main, dans des divergences stériles, sur fond de haine, de rancœur, de complexe d’infériorité. De l’autre, la Société civile très morcelée ne pèse pas dans la balance, incapable de poser la véritable équation. La patrie est en danger et nécessite une mobilisation générale de toutes les Forces Vives de la Nation. C’est la nation centrafricaine qui est en péril, et non un individu qui est Touadéra. A l’allure où vont les choses, les Centrafricains sont condamnés à faire front commun contre l’ennemi commun.

En France, avec la vague des attentats terroristes, la classe politique s’est mobilisée pour tenir un même langage devant la violence inacceptable. François Hollande passera un jour et un autre Français le remplacera à la tête du pays. Touadéra partira un jour et un autre Centrafricain arrivera au pouvoir. «  La patrie ou la mort, nous vaincrons », clame haut et fort la société civile Burkinabé. « Unis, nous vaincrons », disent les syndicalistes. Et les Saintes Ecritures affirment qu’« un peuple divisé contre lui-même, ne peut subsister ». La division, les clivages partisans, font la faiblesse des Centrafricains dans la résolution de la crise centrafricaine. Alors que la RCA court en ce moment le danger d’un envahissement généralisé de l’ensemble de son territoire par les mercenaires vautours qui cherchent un terrain de prédilection. LRA s’est implantée dans le Sud-est du pays depuis 2008 avec la complicité de Bozizé. D’autres vagues de chasseurs de primes vont arriver de quatre (4) coins du pays. C’est l’héritage de Bozizé et ses alliés au peuple Centrafricain.

 

Julien BELA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :