Skip to content

LA VILLE DE KOUI PRISE EN OTAGE. L’UPC D’ALI DARAS  DENONCE SON IMPLICATION DANS LES REPRESAILLES. SERGE BOKASSA CONDAMNE ET HAUSSE LE TON

septembre 28, 2016

 

La situation sécuritaire dans certaines villes de nos provinces est très, très préoccupante et alarmante. Après l’accalmie précaire observée ces derniers temps sur toute l’étendue du territoire national, le regain de violences a repris de plus belle dans les villes de Koui, Kaga-Bandoro (Ndomété) et Kouango. On déplore aujourd’hui des dizaines de morts et de blessés, des dégâts matériels considérables et de nombreux déplacés internes et externes. C’est le cas de la ville de Koui qui est entre le marteau et l’enclume. Elle est prise en otage depuis quelques jours par les hommes du soi-disant général camerounais, Sidiki et les combattants Anti-Balaka. Ces seigneurs de guerre occupent de part et d’autre les entrées de la ville de Koui. Pour Sidiki et ses hommes, ils sont aujourd’hui à 7 Kilomètres de la ville de Koui. A en croire le sous-préfet intérimaire de Koui, ces hors-la-loi, ces bandits de grand chemin ont tué des habitants dans le village Tollé (12 Km), ainsi qu’à 7 Kilomètres de Koui. Des hommes ont été pris en otage, des maisons incendiées, et nous en passons. Malgré l’intervention de ce sous-préfet-intérimaire, d’un commandant de la Minusca et de quelques autorités administratives pour demander à Sidiki de se retirer dans le village Tollé, il a balayé du revers de la main cette demande et a poursuivi sa conquête. Pris de peur que de mal, les habitants des villages environnants ont pris d’assaut la ville de Koui pour se refugier. Il leur est très difficile en ce moment de s’approvisionner en vivres et en produits de première nécessité. Tout comme la situation sécuritaire, la situation humanitaire ne cesse de se dégrader du jour au lendemain.

Quant aux combattants Anti-Balaka, nous n’avons pas jusqu’à présent enregistré des exactions de ces derniers sur les populations civiles. Ont-ils pris position à l’entrée de la ville de Koui pour protéger leurs compatriotes ou barrer la route à la progression de Sidiki et de ses hommes ? Aucune information n’est filtrée à ce sujet. Le gouvernement centrafricain et les Casques Bleus de la Minusca voleront-ils au secours de ces populations meurtries ? Leurs cris de détresse, de lamentation seront-ils entendus ? Des mesures sécuritaires seront-elles prises pour pallier à de telles éventualités ? Autant de questions qui ne trouveront certainement pas de réponses adéquates, appropriées, attendues par les populations de Koui et ses environs. Car à l’allure où vont les choses, les Casques Bleus de la Minusca qui sont sur le terrain, en l’absence des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), ne feront rien, absolument rien pour arrêter la boucherie humaine organisée, planifiée et mise en œuvre par les groupes armés, précisément les combattants Séléka.

C’est ce qui s’est passé dans la ville de Kouango où plusieurs concitoyens ont été massacrés par les combattants de l’UPC d’Ali Daras qui sont basés dans cette préfecture de la Ouaka depuis 2012. A entendre le porte-parole de ce groupe politico-militaire sur les ondes de la Radio Ndéké Luka dénoncer la non implication de l’UPC dans les représailles à Kouango qui ont fait plus de 50 morts et des disparus, cette déclaration est non fondée et ne fait que distraire la galerie. Comme le voleur ne reconnaît jamais son forfait même s’il est pris la main dans le sac, l’UPC d’Ali Daras se permet le luxe de faire une telle déclaration par son porte-parole, Souleymane Daouda. C’est vraiment étonnant. Nous osons croire que Souleymane ne trompe et ne trompera personne. Ses déclarations qui sont dénuées de tout fondement ne convaincront personne. L’UPC est bel et bien responsable de ces représailles car les témoignages qui nous parviennent sont clairs, précis et nets. Pour cela, l’UPC ne peut nous dire qu’elle est intervenue pour s’interposer entre les belligérants. Mais qui sont ces belligérants, dans la mesure où les Anti-Balaka, leurs principaux adversaires, n’ont pas participé à ces massacres ? Souleymane Daouda sera tôt ou tard devant les faits accomplis ou se justifiera lors du jugement dernier. Il est inadmissible que l’UPC fasse sa justice elle-même. A chaque fois qu’un sujet musulman est tué, c’est le bain de sang. Trop, c’est trop ! Tout cela doit finir pour que le vivre ensemble entre musulmans et non musulmans revienne. Car nous osons croire pour notre part que c’est la Séléka qui fait obstacle à ce vivre ensemble, à cette cohésion sociale et à la réconciliation nationale. Les Anti-Balaka ont depuis un certain temps baissé les bras et n’attendent que le DDRR.

C’est dans cette foulée des actes barbares, indignes, inhumains et bestiaux qui se sont produits à Ndomété, Kouango et Koui que le ministre de la Sécurité Publique, Jean-Serge Bokassa est monté au créneau pour les condamner. Il a aussi haussé le ton en disant, « il est hors de question que la Minusca soit de connivence avec les groupes armés … », allusion faite aux témoignages des habitants des régions citées ci-haut. Si ces allégations s’avèrent vraies, il est clair que la Minusca n’est pas déployée en Centrafrique pour protéger les populations civiles. Comme le chef du département de la Sécurité Publique a parlé de l’ouverture des enquêtes pour faire la lumière sur tout ce qui s’est passé à Kouango et ailleurs, attendons de voir les conclusions de ces enquêtes pour en dire plus.

Mais à vrai dire, les combattants Séléka ont débordé le vase. De l’autre, la complicité, la connivence et les manœuvres dilatoires de la Minusca dans la crise centrafricaine ont franchi le seuil de l’intolérable. Nous les exhortons à appliquer à la lettre les différentes résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU votées pour la RCA. Avec cette allure, cette passivité, cet attentisme des Casques Bleus, qu’adviendrait-il après le retrait de la Sangaris ?

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :