Skip to content

La UNE et L’Éditorial de Julien BELA :RCA :  LES ENFANTS DE LA RUE RISQUENT DE METTRE A RUDE EPREUVE TOUS LES EFFORTS

octobre 10, 2016

 

cmn2320-du-ven-07-oct-2016-_2Depuis l’évènement du Km 5, les enfants de la rue sont devenus une armée de loups à la recherche de nos frères musulmans. Ils ne font aucune distinction, aucun discernement. Ils sont prêts à se ruer sur tout ce qui ressemble à un musulman. Plusieurs fois, nous avons interpeller la Mairie de Bangui et le ministère de la Sécurité Publique sur le danger que représentent les enfants de la rue au centre-ville : les vols, les agressions et maintenant la chasse au grand boubous. Et les forces de sécurité sont absentes au centre-ville et le temps de les appeler, le mal est déjà consommé. Le ministre de la Sécurité Publique et le Maire de la ville de Bangui, doivent prendre les dispositions qui s’imposent pour garantir la liberté d’aller et venir.

Chaque fin de mois, les pauvres papas qui viennent chercher leurs salaires et pensions sont systématiquement dépouillés. A la moindre inattention, votre téléphone, votre argent, vos papiers administratifs, s’évaporent dans la nature. La vie au centre-ville devient infernale à cause des enfants de la rue. Ils n’ont pas le temps de chercher à comprendre, ils veulent vous faire les poches et emporter vos biens. Ils sont convaincus que tout musulman dispose sur lui, d’une certaine somme d’argent. Ce jeudi 06 octobre 2016, ils ont agressé un monsieur qui faisait ses achats dans une boutique voisine de Phénicia, sur l’avenue Boganda. La police de même que la gendarmerie, n’étaient visibles nulle part. Or, les enfants de la rue sont si nombreux et si agressifs qu’une présence permanente de la police ou de la gendarmerie est nécessaire en cas de besoin. Un incident est arrivé, les enquêtes suivent leur cours, il ne revient pas aux enfants de la rue de faire leur propre loi.

D’autres individus s’improvisent comme étant des FACA au niveau du marché central et veulent appréhender les musulmans, au nom de quoi ? Sont-ils habilités ? Le ministre de la Sécurité Publique et le Maire de Bangui doivent communiquer, parler à la population, car tout peut arriver et remettre la pendule à zéro. Dans les attentas par vague qui ont frappé la France, le ministre de l’Intérieur parlait chaque  une heure de temps pour rassurer et calmer les esprits. La tension est encore latente et perceptible dans bien des arrondissements, au centre-ville. Les FACA du Km 5 se sont mises à l’œuvre pour retrouver l’assassin. La justice centrafricaine suit le dossier. La population civile, les enfants de la rue n’ont rien à y voir. Les incidents du genre ont ponctué la vie des Centrafricains depuis le début de la crise. Cela ne découragera personne dans la voie de la recherche de la paix. Quelque soit le temps que cela prendra, la justice triomphera toujours.

 

Julien BELA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :