Skip to content

« REJOINDRE LE COLLECTIF H4 POUR FAIRE COMPARAITRE CATHERINE SAMBA-PANZA ET TOUS SES COMPLICES EN JUSTICE », DECLARE MAITRE JOHNNY FABIEN YERIMA

octobre 10, 2016

 

 

Maître Johnny Fabien Yérima, Avocat au Barreau de Centrafrique, a mis en place un collectif dénommé « Catherine rends-nous notre argent ». Maître Yérima déclare que ce collectif est né d’un triste constat. En effet, en RCA, l’impunité est de règle et les détournements de deniers publics n’ont jamais été sanctionnés. Si l’on continue dans cette voie, c’est mettre en péril l’équilibre financier et économique de notre pays, explique Maître Yérima.

Le collectif « Catherine rends-nous notre argent » a été mis en place pour obtenir le remboursement des 2,5 millions de dollars détournés par Madame Catherine Samba-Panza et ses complices (sa fille Christelle Sappot, Mahamat Kamoun, André Nzapayéké, Ferdinand Nguédet etc…) et leur mise en geôle. En ce qui concerne les différentes étapes qui vont suivre la signature de la pétition, il y a un préalable de collecte de 5000 signatures (3000 signatures ont déjà été récoltées à ce jour) avant de présenter la requête au ministre de la Justice, au Président de l’Assemblée Nationale, au Premier Ministre et à certaines chancelleries comme l’Ambassade de France, l’Ambassade des Etats Unis et l’Union Africaine.

Selon Maître Yérima, il faut que le Président Touadéra prenne ses responsabilités, ainsi que le Gouvernement Sarandji. En effet, le Professeur Touadéra avait fait du concept de l’impunité zéro, son cheval de bataille, et par conséquent on en attend la traduction par les actes.

Si Madame Catherine Samba-Panza est coupable de détournements de deniers publics, elle sera traduite en justice et envoyée derrière les barreaux de la prison des femmes de Bimbo pour purger sa peine et devra rembourser solidairement avec ses complices les 2,5 millions de dollars volés au peuple centrafricain.

La justice centrafricaine doit faire toute la lumière sur cette affaire de détournement de 2,5 millions de dollars et dégager toutes les responsabilités: c’est une obligation de transparence qui est demandée par le peuple centrafricain à la justice de son pays.

Selon Maître Yérima, ce collectif est une grande première, car la société civile se mêle aujourd’hui de la gestion des choses publiques et il faut que cela prenne de l’ampleur. Maître Yérima se dit très optimiste quant à l’issue de la procédure puisque le Gouvernement Sarandji a promis d’engager les poursuites à l’issue des opérations d’audit et saisira le Parquet et le Doyen des Juges d’Instruction contre dame Samba-Panza et ses complices.

Maître Yérima souhaite que le peuple centrafricain soit rétabli dans ses droits. L’Avocat centrafricain déclare qu’il va créer une ONG de transparence, de veille, d’alerte dans la gestion des choses publiques. La chose publique ne doit plus être gérée de façon familiale, ni mafieuse.

Maître Yérima déclare, « nous nous sommes invités dans le jeu. Et la société civile, en qualité de point de rupture. Nous allons leur couper le sommeil tant qu’ils ne nous ont pas rendu notre argent. J’invite tout le peuple centrafricain à aller adhérer massivement à ce collectif H4 sur Face book afin de fermer la boutique aux médiocres et pour la victoire du bien-être des Centrafricains. »

Pour tout renseignement sur la pétition et le collectif, vous pouvez appeler Maître Yérima au 75268828.

Jonas DEMBA

 

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :